Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Discours prononcé à l'occasion du mariage de
Merci à Gisèle Langlois, née Desroches, fille de Annette Mallette et petite fille de Napoléon Mallette et d'Alexandrine Doré, pour les documents digitalisés sur cette page



Discours prononcé à Sainte-Martine le 15 février 1898 à l'occasion du mariage de Napoléon Mallette avec Alexandrine Doré


Le discours:






Transcription du discours:

Bien cher Oncle [Napoléon Mallette]
& Bonne Tante [Alexandrine Doré]

S'il est dans la vie des jours sombres et moroses et qui n'inspirent à l'âme que de lugubres pensées il en est aussi qui n'offrent que des charmes et dont les suaves jouissances sont un baume pour le coeur. Tel est celui d'aujourd'hui qui nous laissait entrevoir l'avenir sous un ciel plein de lumières et dont le bonheur présent donne un caractère d'immortalité.

La famille réunie m'a choisie pour être la fidèle interprète de leurs sentiments à votre égard. C'est un de ces devoirs du coeur que je remplis avec une joie bien douce car l'heureux jour de votre union nous donne une occasion favorable pour vous exprimer nos sentiments d'amour et d'affection et de former pour vous Bon Oncle & Bien Aimée Tante des voeux et des souhaits pour votre prospérité future. Que Dieu dans sa bonté vous accorde la santé, la joie, le boneheur et une parfaite entente dans votre ménage et qu'il couronne vos efforts dans la poursuite de votre carrière.

Croyez Bon Oncle que nous sommes heureux de vous voir au nombre de notre famille et en cette occasion permettez-moi de vous faire l'apologie de vos mérites, mérites que vous vous êtes acquis par vos brillantes qualités physiques et morales. Nous vous disons ces mots si doux à prononcer et qui résonnent avec tant d'harmonie à l'oreille de l'heureux mortel qui en est l'objet. "Vous aurez pour toujours notre estime et notre affection."

Oui cher Oncle nous vous estimons sincèrement et sommes heureux et fiers de vous compter au nombre de notre famille. Nous voulons que cette affection soit durable et pour en cimenter les liens nous avons résolu de vous offrir cet humble petit cadeau que vous accepterez comme témoignage d'estime.

Pour vous, Bonne Tante si parfois dans le sentier de la vie vous ne rencontrez pas tout ce que ce beau pour vous a promis, Oh! rappelez-vous ces belles et innocentes années de votre jeunesse écoulées calmes et heureuses sous le toit paternel au milieu de vos parents affectionnés et qui conserveront de vous les meilleurs souvenirs. Que Dieu vous rende au Centuple le bien que vous nous avez fait à tous. Qu'Il accorde une longue et heureuse vieillesse à mon cher Grand'Papa [Théophile Doré père] & Grand' Maman [Denise Bourdon] dont je vois en ce moment l'émotion sillonner leur front blanchi par les années [71 et 70 ans environ]. Oui c'est avec raison qu'ils sont émus par le souvenir des nombreux soins que vous leur avez prodigués et de la tendre sollicitude dont vous les avez entourés dans les souffrances et la maladie; mais ce regret est mêlé d'affection filiale et leurs coeurs coeurs reviennent vite à la joie en voyant le noble choix que vous aves fait dans la personne de votre Digne Epoux [Alexandrine Doré est alors âgée de 32 ans]. Ce sera pour eux une grande consolation de vous voir demeurer si près et que vous partagerez avec lui le bonheur que nous avons joui ici tous ensemble.

En vous priant d'être clément à mon inhabilité recevez mes meilleures félicitations. Vivez heureux et bien unis c'est le souhait de tous et surtout celui de celle qui est heureuse de se dire,

Votre nièce affectionnée

C. [Clara; 22 ans environ] Doray

Ste. Martine, 15 Février 1898.

Identification de l'auteur du discours:

Les petits-enfants Doré de Théophile Doré père en 1891:

En 1891, Théophile Doré (Doray) père avait seulement son fils Théophile Doré (Doray) fils qui était marié (depuis 1869) et avait alors une famille; son fils Julien Doré était bien marié depuis 1871, mais le couple était sans enfants; son fils Joseph, marié en 1881, n'apparait pas au recensement de 1891. Les autres fils étaient encore célibataires.

Au recensement de 1891, Théophile junior Doray était âgé de 43 ans et son épouse Césarie avait 44 ans. Ils savaient tous deux lire et écrire. Leurs enfants énumérés alors étaient:

  1. Joseph Doré, étudiant de 19 ans;
  2. Albina Doré, 17 ans et sachant lire et écrire;
  3. Clara Doré,15 ans et sachant lire et écrire;
  4. Philorum Doré, 13 ans et sachant lire et écrire;
  5. Raoul Doré, 11 ans et sachant lire et écrire;
  6. Corinne Doré, 6 ans et sachant lire;
  7. Berthe Doré, 3 ans.

Ceux-ci sont donc les seuls petits-enfants de Théophile Doray père et de Denise Bourdon habitant le Québec en 1891. En 1898, Clara Doray aurait environ 22 ans alors que Corinne Doray n'aurait que 13 ans. Il s'ensuit que l'auteur du discours prononcé en 1898 après le mariage de Alexandrine Doré à Sainte Martine par une des petites-filles du couple mentionné dont l'initial du prénom est C. doit être Clara Doray.





Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 14 décembre 2018
Ce site a été visité 12666007 fois
depuis le 9 mai 2004