Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Les Deland et le Lovell (1912-1966)

Les Deland et le Lovell (1910-1968)

Le patronyme Deland est plutôt rare. Il semble que les familles qui utilisaient ce dernier venaient essentiellement de L'Acadie. L'étude qui suit a été faite en cherchant à établir quels membres d'une famille spécifique, celle de Julien Deland et de Delphine Duranleau. Pour plus sur leur famille, pressez ICI, habitaient Montréal durant ce temps. Il ne faut pas oublier ici que la ville de Montréal a pris un essor considérable durant cette période et donc que des quartiers entiers n'en faisaient pas partie au début.




  1. Alphonse H. Deland

    Un premier Deland qui nous intéresse apparait dans le Lovell en 1913; c'est Alphonse H. Deland, un comptable. Celui-ci était le fils de Julien Deland et de sa première épouse Marie Louise Cartier. Il épousa en l'église Saint Jacques de Montréal le 10 juin 1912 Maria Cadieux, fille de feu Théophile Cadieux et de Rose de Lima Aubin. Maria avait environ 38 ans alors que Alphonse en avait environ 36.

    Il habitait en 1914 et 1915 le 283b Beaudry, et avait son bureau aux chambres 17, 18 et 19 du 72 Notre Dame Est. Il était commissaire de la Cour Supérieure, et faisait l'achat de Créances et des Collections. En 1916, il déménage sa résidence au 6402 de l'avenue McKenzie, au Sault aux Récollets. Son bureau reste à la même adresse, mais il occupe maintenant les chambres 22 et 30. En 1918, son bureau est au 92 Notre Dame est, chambre 62. En 1920, il déménage sa résidence au 1014 du boulevard Gouin, encore au Sault aux Récollets. En 1921, son bureau est au 33 Saint Vincent. Il est alors dit simplement comptable. Sa résidence est au 784 boulevard Gouin Est. En 1923, il est agent en valeurs immobilières et déménage son bureau au 52 Saint Jacques, chambre 201. En 1927, il déménage son bureau à la chambre 302 du même édifice et l'année suivante, en 1928, il emménage à la chambre 302 du 60 Saint Jacques Ouest. En 1932, l'adresse de son domicile devient le 1780 boulevard Gouin Est et en 1933, le 7433 Saint Denis. En 1934, sa résidence est le 5783 rue Christophe Colomb où il demeurera jusqu'en 1941.

    1. Son fils Germain Deland

      Pour la première fois en 1937, on trouve à la même adresse que Alphonse Deland, soit le 5783 rue Christophe Colomb, un Germain Deland: il est alors mécanicien pour Demers Automobile; en 1938, il est employé au Café Martin. En 1940, il s'est joint à la RCAF. Il disparait ensuite du Lovell. Germain Deland maria en la paroisse Notre Dame de Lourdes de Vanier le 30 août 1941 Simone Renaud, fille de Georges Renaud et de Marie Louise Desjardins.

    2. Son fils Marius Deland

      Pour la première fois en 1937, on trouve à la même adresse que Alphonse Deland, soit le 5783 rue Christophe Colomb, son fils Marius Deland, employé de Orange Montreal. En 1935, il est comptable pour M L H & P jusqu'en 1940, où il disparait du Lovell. Pierre Marius Deland maria à Saint Esprit de Rosemont le 11 juillet 1939 Régina Chénier, fille de Oscar Chénier et de Eva Laviolette.

    3. Son fils Jean Marie Deland

      Pour la première fois en 1940, on trouve à la même adresse que Alphonse Deland, soit le 5783 rue Christophe Colomb, son fils Jean-Marie Deland, portier au Café Martin. C'est sa seule entrée dans le Lovell.

    En 1941, Alphonse Deland déménage au 5701 Saint André. En 1945, il occupe l'appartement 1 du 1570 boulevard Saint Joseph Est. En 1947, il déménage à l'appartement 6 de la même adresse. Il disparait du Lovell en 1951.

  2. Anysie Deland

    Anysie Deland apparait pour la première fois dans le Lovell de 1924. Elle est garde-malade et habite au 206a Berri avec sa soeur cadette Antoinette. Elle était la fille de Julien Deland et de sa deuxième épouse Delphine Duranleau. Elle était garde-malade en résidence à l'Hôpital Hôtel Dieu de Montréal au recensement de 1911.

    Les deux soeurs Anysie et Antoinette habitent le 1238 Berri en 1926 (probablement une rénumérotation civique des adresses). Mais elles disparaissent toutes deux du Lovell en 1927.

    Une mademoiselle A. Deland, garde-malade-en-chef, apparait en 1929 au 544 Cherrier. Elle y demeure jusqu'en 1934; elle disparait du Lovell l'année suivante.

    Anésie Deland réapparait dans le Lovell en 1941: elle réside alors dans l'appartement 2 du 820 Cherrier, où habitait déjà ses soeurs Antoinette Deland et Emma Deland ainsi que son frère Philippe Deland.En 1944, elle est dite garde-malade à l'Institut Bruchési, où travaille sa soeur Antoinette depuis au moins 1941.

    En 1945, on ne retrouve qu'un membre de ce quatuor: une mademoiselle A Deland, "trained nurse", habitant maintenant au 5571 avenue des Plaines. De même en 1946. En 1947 par contre, on y trouve en plus un Benoit Deland, méchanicien; une Mademoiselle B. Deland, employée civique; une Emma Deland ainsi que Philippe Deland, ingénieur-en-chef de l'Hôpital Saint-Luc. De même en 1948. En 1949, une sixième personne s'ajoute: Mademoiselle Ant. Deland, "trained nurse". (Ceci nous permet de confirmer que le A. est bien l'abbréviation de Anysie et non Antoinette.)

    En 1952, Benoit Deland quitte: il fonde alors un foyer. Et en 1953, Anysie Deland disparait du Lovell.

    Elle réapparait en 1954 sous l'entrée Mademoiselle Anysie Deland, "trained nurse" à l'Institut Bruchési; son adresse est alors le 9491 avenue Chateaubriand. S'y trouve également une Mademoiselle Ant. (Antoinette) Deland, "clerk" pour la compagnie Stowell Screw Co. Les deux soeurs continuent à cette adresse jusqu'en 1957. Elles disparaissent du Lovell pour 1958. En 1959, on trouve une A. Deland, garde-malade, résidant au 2185 Elie Blanchard. En 1960, l'entrée est pour Anysie Deland, "trained nurse". On retrouve à la même adresse Ant. Deland, garde-malade, ainsi que Emma Deland. Les trois soeurs y sont également l'année suivante, mais avec leur frère Philippe Deland. Le quatuor déménage au 2185 Montreuil en 1962. Anysie disparait du Lovell pour de bon l'année suivante. Anysie Deland mourut célibataire à Montréal le 11 février 1970 et fut inhumée au cimetière de Saint Jean D'Iberville.

  3. Antoinette Deland

    Antoinette Deland apparait pour la première fois dans le Lovell de 1924. Elle est garde-malade et habite au 206a Berri avec sa soeur Anysie. Elle était la fille de Julien Deland et de sa deuxième épouse Delphine Duranleau. Les deux soeurs Antoinette et Anysie habitent le 1238 Berri en 1926 (probablement une rénumérotation civique des adresses). Mais elles disparaissent toutes deux du Lovell en 1927.

    Antoinette réapparait dans le Lovell de 1932: elle réside au 820 Cherrier, appartement 2. Elle est dite "trained nurse". En 1939, sa soeur Emma Deland vient habiter avec elle (elle apparait sous mademoiselle E. Deland; en 1940, c'est au tour de son frère Philippe Deland, alors préposé aux bénéficiaires à l'Hôpital Pasteur et en 1941, celui de sa soeur Anysie Deland, alors que sa soeur Emma disparait du Lovell. Cette année-là, Antoinette est dite "trained nurse" à l'Institut Bruchési. Les trois continuent d'habiter à cette adresse jusqu'en 1944.

    Elle disparait ensuite du Lovell pour ne reparaitre qu'en 1949: elle habite alors le 5571 Des Plaines, où résidaient déjà ses soeurs Anysie et Emma, son frère Philippe, et son neveu Benoit Deland et une mademoiselle B. Deland. Benoit quitte en 1952 pour fonder un foyer et Mademoiselle B. Deland disparait du Lovell l'année suivante.

    En 1955, Antoinette travaille comme "clerk" pour la compagnie Stowell Screw Co et a déménagé au 9491 Chateaubriand avec sa soeur Anysie. Emma réapparait dans le Lovell en 1957: elle habite de nouveau avec ses deux soeurs. Les trois disparaissent du Lovell l'année suivante pour ne réapparaitre ensemble qu'en 1960: elles résident toutes trois au 2185 Elie Blanchard. Antoinette est de nouveau "nurse". En 1961, son frère Philippe réapparait dans le Lovell: il réside avec les trois soeurs. Les quatre déménagent ensemble au 2185 avenue De Montreuil. Antoinette disparait ensuite pour de bon du Lovell. Antoinette Deland mourut célibataire le 18 août 1991 à Montréal et fut inhumée au cimetière de Saint Jean D'Iberville dans le même lot que ses soeurs Anysie et Emma.

  4. Emma Deland

    Emma Deland apparait pour la première fois dans le Lovell de 1939 sous le vocable de mademoiselle E. Deland. Elle habite à l'appartement 2 du 820 Cherrier avec sa soeur Antoinette. Elle était la fille de Julien Deland et de sa deuxième épouse Delphine Duranleau. L'année suivante, en 1940, son frère Philippe les y rejoignit et en 1941, sa soeur Anysie. Emma disparait ensuite du Lovell jusqu'en 1947: elle st alors au 5571 avenue Des Plaines avec sa soeur Anysie, son frère Philippe, son neveu Benoit et une mademoiselle B. Deland. Sa soeur Antoinette rejoint le quintet en 1949. En 1952 son neveu Benoit les quitte, suivi l'année suivante par mademoisse B. Deland. Emma edlle-même disparait du Lovell en 1954 pour ne réapparaitre qu'en 1957 où elle réside au 9491 avenue Chateaubriand avec ses soeurs Anysie et Antoinette qui y résidaient déjà. Elle disparait derechef du Lovell pour réapparaitre au 2185 Elie Blanchard en 1960 avec ses soeurs Anysie et Antoinette et son frère Philippe. En 1962, elle est au 2185 avenue de Montreuil avec ses soeurs et son frère. Ses deux soeurs disparaissent l'année suivante mais son frère continue de demeurer avec elle. Elle disparait du Lovell pour de bon en 1964. Emma Deland mourut célibataire à Montréal le 9 janvier 1978 et fut inhumée au cimetière de Saint Jean D'Iberville dans le même lot que sa soeur Anysie.

  5. Philippe Deland

    Philippe Deland apparait pour la première fois dans le Lovell de 1926. Il est dit "ingénieur" et habite au 420 Dorchester Est. Il était le fils de Julien Deland et de sa deuxième épouse Delphine Duranleau. Il avait marié le 24 août 1920 en l'église Saint Arsène de Montréal Célina Beaulieu, fille de Narcisse Beaulieu et de Vitaline Lécuyer. Le couple habitait dans la paroisse de Notre Dame de Grâce lors du mariage.

    Son adresse devient le 840 Dorchester Est en 1929. Il est dit "stat eng" en 1932 et 1933. Il disparait du Lovell en 1934, mais il y a une entrée pour madame Philippe Deland en 1935: elle a une chambre au 932 Chenneville. Elle disparait l'année suivante.

    Ce n'est qu'en 1940 que Philippe réapparait: il est "orderly" (soit ce qu'on appelle aujourd'hui "préposé aux bénéficiaires") à l'Hôpital Pasteur et habite au 820 Cherrier, appartement 2. On trouve également à cette adresse mademoiselle Antoinette Deland, dite "trained nurse", et mademoiselle E. Deland.

    Antoinette Deland habitait à cette adresse depuis 1932; dans le cas de mademoiselle E. Deland, depuis 1939. C'est à cette adresse qu'on le trouve jusqu'en 1944 après quoi il disparait du Lovell.

    Il réapparait dans le Lovell de 1947: il est alors dit "chief eng" de l'hôpital Saint Luc et réside au 5571 avenue Des Plaines. Il n'y réside pas seul: on y trouve également un Benoit Deland, méchanicien; une "mademoiselle A. Deland, "trained nurse"; une mademoiselle B. Deland, employée civique; et une mademoiselle Emma Deland. Ces cinq Deland y résident en 1948. Il s'y ajoute en 1949 une sixième, mademoiselle Ant. Deland, "trained nurse". Ces six Deland y demeurent en 1950 et en 1951, où Benoit Deland est dit mécanicien pour le CNR. Ce dernier déménage en 1952 dans l'appartement 2 du 2390 Boulevard Pie IX alors que les cinq autres demeurent au 5571 avenue Des Plaines. Ce déménagement suggère que Benoit Deland vient de fonder un foyer. De fait, un Benoit Deland, fils de Paul Henri Deland et de Denise Martin, marie le 18 août 1951 à Saint Vincent de Paul Fernande Chouinard, fille de Léon Chouinard et de Benoit Deland et de Ida Saint-Pierre. Ce Benoit Deland est donc le neveu de Philippe

    En 1953, Philippe Deland demeure encore au 5571 avenue Des Plaines avec mademoiselle Ant. Deland, "trained nurse" et mademoiselle Emma Deland. Il y est toujours en 1954, mais seulement avec mademoiselle Ant. Deland, "trained nurse". Il disparait ensuite du Lovell pour n'y réapparaitre qu'en 1961: il a toujours le même emploi mais habite maintenant le 2185 avenue Elie Blanchard où il a rejoint Antoinette Deland, Anysie Deland, Emma Deland. Le quatuor déménage en 1962 au 2185 Montreuil mais l'année suivante on y trouve que Philippe et Emma. Il disparait ensuite de façon définitive. Antoinette, Anysie et Emma sont les trois soeurs cadettes de Philippe.

    Il faut présumer que par 1940 au plus tard, Philippe ne vivait plus avec son épouse Célina puisqu'il vivait avec une ou plusieurs de ses soeurs.

    Philippe Deland mourut à Montréal le 1er août 1967; il fut inhumé à L'Acadie avec ses parents. Célina Beaulieu mourut à Gamelin le 16 décembre 1968. Cette dernière fut inhumée au repos Saint François d'Assise de Montréal dans une fosse temporaire.




Entrées numérisées concernant les Deland avec l'année de publication:



- 1910 -


- 1911 -


- 1912 -


- 1913 -


- 1914 -


- 1915 -


- 1916 -


- 1917 -


- 1918 -


- 1919 -


- 1920 -


- 1921 -


- 1922 -


- 1923 -


- 1924 -


- 1925 -


- 1926 -


- 1927 -


- 1928 -


- 1929 -


- 1930 -


- 1931 -


- 1932 -


- 1933 -


- 1934 -


- 1935 -


- 1936 -


- 1937 -


- 1938 -


- 1939 -


- 1940 -


- 1941 -


- 1942 -


- 1943 -


- 1944 -


- 1945 -


- 1946 -


- 1947 -


- 1948 -


- 1949 -


- 1950 -


- 1951 -


- 1952 -


- 1953 -


- 1954 -


- 1955 -


- 1956 -


- 1957 -


- 1958 -


- 1959 -


- 1960 -


- 1961 -


- 1962 -


- 1963 -


- 1964 -


- 1965 -


- 1966 -


- 1967 -



Ephrem Deland: fils de Julien Deland et de Rosalie Lacaille, maria à Saint Athanase comté d'Iberville le 26 octobre 1903 Alice Roy, fille de Wellie Roy et de Christine Brosseau.
François Adrien Deland, fils de Alphonse Adrien Deland et de Marie Azilda Berard, maria à St Jacques le 16 février 1904 Marie Alma Rochon, fille de Grégoire Rochon et de Séraphine Laporte.




Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11660419 fois
depuis le 9 mai 2004