Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Courte biographie
Court article paru dans La Patrie du vendredi, 23 juillet 1948, en la possession de Suzanne Montel, transcrit par Jacques Beaulieu, tous deux ses arrières-petits-enfants.

Biographie canadienne

H.-C. Berryer-St-Pierre

Le juge H.-C. Berryer-St-Pierre a fourni dans la magistrature une des carrières les plus remarquables au tournant de notre siècle. Il s'est fait une réputation particulièrement comme criminaliste; comme tel il n'a pas eu son égal sur tout le continent.

La première partie de la vie du juge St-Pierre fut curieusement agitée. Né à Rigaud pendant une visite qu'y fit sa famille en 1842, Henri fut élevé à l'île Bizard où son père cultivait une ferme. On voulut lui donner une formation soignée et, selon le rêve de toutes les familles de cultivateurs aisés du temps, on le destinait à une profession libérale. Il fit donc ses classiques au Collège de Montréal, puis, pour le familiariser plus avec l'anglais, il alla faire son Droit à Kingston.

Pour le récompenser de ses succès, les parents l'envoyèrent visiter les chutes Niagara et la ville de Buffalo. Cette ville était en liesse à l'occasion de la victoire de Gettysburg. Le sang du jeune patriote bondit dans ses veines à la vue de ces fêtes, et il se rangea parmi les volontaires américains. Blessé en 1863, il fut rapporté mort dans son régiment, à Montréal et à l'île Bizard. Mais il fut recueilli par les ennemis, soigné comme prisonnier et finalement, libéré en Caroline. Le soi-disant "mort" revint au Canada.

Sir Georges-Étienne Cartier le prit à son bureau de Montréal comme secrétaire privé en 1865. Plus tard, il remplit les mêmes fonctions auprès de l'hon. J.-J.-C. Abbott. Reçu au barreau en 1870, sa carrière légale alla de succès en succès. Il brilla surtout comme criminaliste. On ne lui connut pas d'égal. Sur 33 cas, il n'y en eut qu'un qu'il ne put sauver.



Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 14 décembre 2018
Ce site a été visité 12664143 fois
depuis le 9 mai 2004