Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Eulogie d'Henri Césaire Saint-Pierre

Mes racines / My roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Ce document a été transcrit par Jacques Beaulieu, arrière-petit-fils de son sujet.

FEU LE JUGE SAINT-PIERRE
_____

La mort presque soudaine de l'Hon. juge Saint-Pierre est le premier deuil que l'année 1916 apporte au barreau, à la magistrature et à notre société montréalaise, parmi laquelle il comptait tant d'amis et d'admirateurs.

La carrière remplie par le regretté défunt est extrêmement variée. Tour à tour militaire, avocat, politicien et juge, il a su faire honneur à toutes les occupations qu'il avait choisies.

Il avait la réputation d'être un de nos criminalistes les plus distingués; et le fait que son nom a été associé à une foule de causes célèbres de toutes catégories, constitue un puissant plaidoyer en faveur des qualités brillantes que tout le monde se plaisait à lui reconnaître. Il n'a pas seulement fait sa marque dans les hautes sphères où il a évolué, il a aussi laissé parmi les mases populaires qui ont suivi avec attention toutes les étapes de sa carrière de criminaliste, un souvenir profond et impérissable.

Et puisque les exemples donnés par ceux qui ne sont plus doivent servir de guides aux survivants, disons tout de suite que la vie du défunt mérite d'être imitée, au moins sous deux aspects: l'éducation et le patriotisme. Malgré qu'il ait eu des préférences indiscutables pour la langue française, l'Hon. juge Saint-Pierre avait une éducation anglaise parfaite. Il était d'opinion qu'un vrai Canadien doit, autant que possible, s'appliquer à maîtriser les deux langues officielles. Pour lui, la connaissance des deux langues était un moyen indispensable pour maintenir les bonnes relations entre les deux grandes races de notre pays. Quant à ses tendances humanitaires et à son patriotisme, ils sont déjà trop connus pour qu'il soit nécessaire d'en faire mention. Il suffit de dire qu'il a servi sous les drapeaux des Nordistes durant la guerre civile américaine, qu'il a été fait commandant honoraire des Vétérans canadiens et décoré de la Croix de la Couronne d'Italie. Il n'y a pas longtemps encore, à l'occasion de la guerre actuelle, on l'entendait faire, du haut de son fauteil judiciaire, un vibrant appel au patriotisme canadien en faveur de la cause de l'humanité et de la civilisation.

Sur cette tombe, qui s'ouvre trop tôt, nous déposons respectueusement l'hommage de nos plus vifs regrets, et nous prions la famille du défunt de croire à nos plus profondes sympathies.


Article paru dans La Presse
Montréal, 10 janvier 1916
page 1.


Jacques Beaulieu
Ce document a été mis en ligne le 3 octobre 2003
jacqbeau@canardscanins.ca
http://canardscanins.ca/canins/roots/biohclapresse.htm


Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 28 novembre 2018
Ce site a été visité 12650995 fois
depuis le 9 mai 2004