Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Famille Joly
Ce texte est reproduit avec permission. Sa transcription et sa présentation en ligne ont été effectuées par Jacques Beaulieu. Il constitue la troisième partie du livre intitulé HISTOIRE DE L'ILE BIZARD rédigé par Éliane Labastrou et publié en 1976

HISTOIRE ET GÉNÉALOGIE
DES FAMILLES SOUCHES
DE L'ILE BIZARD

Rédigé par Éliane Labastrou
Publié en 1976.


Puisque seule la troisième partie du livre HISTOIRE DE L'ILE BIZARD est reproduite, il faut se référer à l'original dans les cas où les pages mentionnées dans le texte qui apparaît ici sont dans des sections dont la reproduction n'a pas été autorisée; un hyperlien permet par contre de rejoindre les sections mentionnées dont la reproduction a été autorisée.



NOTE IMPORTANTE:
pour faire apparaître les tableaux mentionnés,
il suffit de cliquer sur leurs noms



FAMILLE JOLY

tableau I

La première relation entre la famille Joly et l'île Bizard remonte à l'année 1773, lorsque Michel Joly, veuf de Marie-Josephte Sorrieul, épousa en deuxièmes noces, à Sainte-Geneviève, Marie-Louise Rivière, veuve de Michel Boileau.

Michel Joly était le petit-fils de Nicolas Joly et de Françoise Hunault, ancêtres de cette famille de Joly au Canada. Nicolas Joly était le fils de Jean Joly et de Marguerite Duquesne de Baugraras, diocèse de Rouen en Normandie, comme l'indique son contrat de mariage passé par le notaire Maugue le 9 décembre 1681. Il se maria le même jour à l'église Notre-Dame de Montréal et il est alors dit habitant la Pointe-aux-Trembles.

Michel Joly et Marie-Louise Rivière habitèrent sans doute l'île Bizard, car un fils prénommé Jacques fut baptisé en 1780 dans la paroisse de Sainte-Geneviève.

Joseph Joly, marié avec Charlotte Trudeau, exerçait le métier de maître-tisserand à Vaudreuil en 1811, lors du mariage de son fils Joseph avec Marie Boileau, fille de Jacques Boileau et Thérèse Paradis (voir Tableau I de la famille Boileau ). La même année, sa fille Charlotte épousa à cet endroit Jacques Boileau, frère de Marie; ils allèrent s'établir à Saint-Benoît. Trois autres filles de Joseph Joly et Charlotte Trudeau se marièrent dans la paroisse de Sainte-Geneviève de 1820 à 1828, dont Marie-Archange qui épousa en 1824 Charles Paquin de l'île Bizard (voir Tableau I de la famille Paquin ). On peut donc supposer que Joseph Joly et Charlotte Trudeau vinrent aussi habiter l'île entre 1811 et 1820.

Joseph Joly et Marie Boileau s'établirent sur une terre de trois arpents de front sur quarante arpents de profondeur, située du côté de la rivière des Prairies, joignant d'un côté à celle de Jacques Boileau, père de Marie, et de l'autre, à Joseph Brayer dit Saint-Pierre, avec maison et bâtiments.

Cette terre leur avait été donnée par Jacques Boileau par acte notarié passé devant le notaire Joseph Maillou le 19 février 1813.

En 1831, Joseph Joly et Marie Boileau exploitaient une terre de 135 arpents, dont 110 étaient en culture. C'était donc une grande ferme, par rapport à la plupart des fermes de l'île à l'époque. On peut voir au tableau de la page 80 leur production agricole et leur cheptel. Joseph Joly était indiqué comme bedeau de la paroisse dans les recensements de 1844, 1851 et 1861. Peut-être avait-il cédé son exploitation à l'un de ses enfants mariés.

Joseph Joly et Marie Boileau avaient en effet eu une nombreuse famille, comptant treize enfants, dont un mort à l'âge de quatre ans et un autre à l'âge de douze ans, mais tous les autres atteignirent l'âge adulte et dix se marièrent, cinq garçons et cinq filles. Plusieurs des filles s'établirent dans l'île, notamment Marie-Rose qui épousa en 1834 Jérémie Sauvé, fils de Jean-Baptiste, et Thérèse qui épousa Augustin Landreman; celui-ci exerça longtemps le métier de forgeron dans l'île. On le trouve en effet noté comme tel dans tous les recensements de 1844 à 1861.

Parmi les garçons, François-Xavier eut quelques enfants dans l'île, mais il semble l'avoir quittée vers le milieu du siècle. Joseph épousa en 1848 Aglaé Brayer, fille de Joseph Brayer dit Saint-Pierre, le patriote, et Domitilde Denis, mais ils n'eurent aucun descendant dans l'île. Moyse Joly et Marie Legault étaient dans l'île jusqu'en 1861; ils eurent sept enfants, mais aucun ne se maria dans la paroisse. Moyse Joly était journalier en 1851 et 1861.

Charles Joly et Adélaïde Binette vécurent aussi dans l'île jusqu'en 1861; ils eurent dix enfants. Charles Joly était dit voyageur c'est-à-dire cageux, en 1851; il était journalier en 1861. Enfin, Jules Joly épousa en 1848 Julienne Théoret, fille d'Eustache et Marguerite Labrosse.

En 1851, Jules Joly exploitait une terre de 40 arpents, dont 32 étaient en culture; on peut voir sa production agricole et son cheptel au tableau de la page 102.

Jules Joly et Julienne Théoret eurent onze enfants, dont trois morts en bas âge et trois autres mariés dans la paroisse de l'île Bizard. Une fille épousa Séraphin Ouellet de Saint-Laurent. Jules qui était voyageur de 1881 à 1890, donc l'un de nos derniers cageux, épousa en 1886 Léocadie Janvry dit Bélair; ils n'eurent pas d'enfant né dans l'île. Joseph-Louis épousa en 1880 Emma Ethier, fille de François-Xavier Ethier et Henriette Guindon. Ceux-ci eurent dix enfants nés dans l'île, parmi lesquels Henri marié à Olia Guilbault et Albert, marié une première fois avec Marie-Anne Lamer, et une deuxième fois avec Léontine Trépannier. Ils sont tous les deux établis à Sainte-Geneviève; cependant, deux fils d'Henri Joly et Olia Guilbault, Raphaël et Henri, épousèrent en 1949 et en 1951 Lucille et Diane Théoret, deux filles d'Albert Théoret et Anna Sénécal de l'île Bizard, et Michel Joly, petit-fils d'Henri Joly et Olia Guilbault, a épousé en 1974, Huguette Proulx, fille d' André Proulx de l'île Bizard où le jeune couple habite actuellement.

Un fils d'Albert Joly, Martial, épousa aussi, en 1952, une autre fille d'Albert Théoret, Simonne, et il habite l'île Bizard, ainsi que son frère Alphonse, aussi marié avec une fille de l'île, Monique Brunet; ce dernier tient actuellement le restaurant Au coin du pont.

À droite du tableau, Alexandre, aussi descendant de Nicolas Joly, vint habiter l'île en 1937 et y a laissé plusieurs enfants.





Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 14 décembre 2018
Ce site a été visité 12666642 fois
depuis le 9 mai 2004