Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Navigation

Le bon vieux temps
- les années 1850 -

D'après des articles parus dans le journal La Patrie en novembre 1884.


    LE BON VIEUX TEMPS

    La navigation de 1836 à 1840 - Le premier steamer - Les quais

  1. La navigation entre Montréal et Québec vers 1835

    De 1830 à 1840 le voyage par eau entre Montréal et Québec ne se faisait pas en dix heures comme aujourd'hui sur les bateaux de la compagnie du Richelieu et d'Ontario. La navigation à vapeur existait depuis une quinzaine d'années mais elle n'avait pas progressée à pas de géants. Les vapeurs étaient loin d'offrir le comfort de ceux qui existent aujourd'hui. Ils n'avaient qu'un pont et ne tiraient que huit pieds d'eau. Alors il n'y avait qu'une dizaine de pieds d'eau dans le lac St-Pierre, avant le creusement du chenal en 1844.

    Parmi les bateaux à vapeurs qui faisaient un service régulier entre Montréal et l'ancienne capitale, nos ancêtres se rappellent l'ancien Montréal, le John Bull, le St-George, le John Molson, le Queen, le Charlevoix, et les autres. Ces vapeurs remarquaient les goélettes en même temps qu'ils transportaient des passagers.

    Le Hart était un singulier vapeur. Lorsqu'on s'embarquait sur le Hart, on n'était jamais bien sûr du jour où l'on arriverait à sa destination. Il avait été construit à Trois-Rivières pour son riche propriétaire M. Moses Hart, un riche commerçant de l'endroit. Il faisait un service irrégulier entre Montréal et Québec. Souvent M. Hart était à bord de son vapeur et lorsqu'il était arrivé à un port, les passagers étaient informés par le propriétaire que le steam-boat était fatigué, et qu'il n'irait pas plus loin. Il lui fallait un repos de quelques jours. Les malheureux passagers étaient ensuite obligés de recourir à d'autres moyens de locomotion pour contineur leur voyage.

    Nous reviendrons sur la question de la navigation du bon vieux temps, parce qu'aujourd'hui nous n'avons pu recueillir toutes les informations que nous cherchions.

  2. Les premiers steamers océaniques à Montréal: 1853

    Un mot sur la navigation océanique à vapeur. Le premier steamer d'outremer est arrivé à Notre port le 11 mai 1853. C'était le Genova, un steamer en bois avec des roues à aubes. Il jaugeait 350 tonneaux et tirait 14 pieds d'eau. Il venait de Liverpool.

    Le deuxième steamer a été le Lady Eagleton, 335 tonneaux, arrivé le 1er juillet de la même année.

    Dans l'automne de 1853 on a enrégistré l'arrivée du Sarah Sands.

  3. Les quais à Montréal vers 1845

    Le mur de revêtement de la commission du hâvre a été construit il y a environ trente-six ans. Avant ce temps-là Montréal n'avait que deux quais érigés au pied de la rue St-Sulpice. Les goélettes chargées de bois qui arrivaient à Montréal allaient lancer leur proue vers la grève et les charretiers reculaient leurs voiture dans l'eau pour recevoir leurs charges. Les navires qui avaient un plus fort tonnage s'ancraient à une certaine distance du rivage et on improvisait une passerelle sur des mâtereaux.

    La Patrie, mardi 11 novembre 1884, page 4.

    LE BON VIEUX TEMPS

    Notes sur la navigation - Le premier vapeur qui sauta les rapides - Le premier steamer océanique.

  4. La navigation entre Montréal et Québec vers 1826

    Encore quelques notes sur la navigation entre Montréal et Québec. De 1824 à 1826 M. John Molson avait établi la première ligne régulière de vapeurs entre les deux villes. Le service était fait par le Lady Sherbrooke et le New Swifture. Chaque vapeur fisait deux voyages par semaine. Le prix du passage venait de $8 à $9.

    De 1827 à 1828 il y eut une opposition à la ligne Molson. Le vapeur de la concurrence était le Laprairie, commandé par le capitaine Morin qui a été plus tard maître du havre de Montréal.

    L'autre ligne pour résister à l'opposition du Laprairie fit courir un autre bateau nommé le Lady of the Lake.

    Sur ces deux bateaux on avait diminué le prix du passage jusqu'à 15 sous.

    Ces bateaux étaient loin d'unir les proportions de la compagnie du Richelieu et d'Ontario, ils avaient les mêmes proportion que le Belmont, le petit vapeur qui fait le service l'île Ste-Hélène.

    On ignorait alors ce que c'était que des cabines sur les vapeurs. La chambre des dames était située sur le premier pont. Les lits étaient à deux étages sur chaque côté du salon. Les hommes couchaient dans des lits placés dans la cale du bateau.

    En 1828 la bouilloire du Lady of the Lake fit explosion au quai de Québec, tuant plusieurs immigrés.

  5. La navigation entre Montréal et Québec en 1820

    Les chroniques privées de 1820 nous apprennent qu'un vapeur, nommé le John Malsham, très probablement le premier sur le St-Laurent, voyageait entre Québec et Montréal. Ce vapeur appartenait à M. John Molson. Plusieurs vieux citoyens se rappellent que les restes du duc de Richmond, mort enragé à Bytown, des suites de la morsure d'un renard, avait été rapportés à Québec sur le John Malsham.

  6. Le premier vapeur qui sauta les rapides du fleuve: en 1840

    Nos lecteurs sont peut-être curieux d'apprendre le nom du premier vapeur qui sauta les rapides du St-Laurent. Affronter un naufrage dans les cataractes du grand fleuve était un acte de témérité qui mérite d'être consigné dans les annales de la navigation. Le navigateur ignorait la profondeur de l'eau dans nos rapides et tenter de les sauter, c'était faire preuve d'autant d'audace que l'homme fort dont parle Horace,

    Ille robur et aes triplex.

    Un guide de Kingston en descendant les rapides en avait fait des sondages partiels lorsque M. Tate de Montréal résolut de lancer dans ces courants dangereux, un vapeur qu'il avait acheté dans le Haut Canada.

    Ce vapeur, qui s'appelait l'Ontario, prit le nom de Lord Sydenham, et descendit le premier les rapides du Long Sault, de Beauharnois et de Lachine. Le Lord Sydenham a été le premier bateau à vapeur à trois ponts qui a fait le service entre Montréal et Québec. Peu de temps après M. Tate construisit le Lady Colborne sur le même modèle.

  7. Le premier vapeur à traverser l'Atlantique: vers 1840

    Le Canada peut se vanter d'avoir constrit le premier steamer qui a traversé l'Atlantique, ce steamer s'appelalit le Royal William, et avait été bâti à Québec vers 1838 par M. Black. Le Royal William était destiné à voyager entre Halifax et Québec. Il fut acheté par des armateurs d'Angleterre et on lui fit traverser l'océan.

    La Patrie, mercredi 12 novembre 1884, page 4.





Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 12147718 fois
depuis le 9 mai 2004