Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Sources et voyageurs

Le bon vieux temps

D'après des articles parus dans le journal La Patrie en novembre 1884.


    LE BON VIEUX TEMPS

    Les sources de la montagne - Les voyageurs du Nord-Ouest.

  1. Les sources alimentant les aqueducs de 1800 à 1820

    Plusieurs de nos lecteurs qui ont visité la montagne de Montréal avant la construction du Parc Mont-Royal, sont intrigués au sujet des sources qui alimentaient le premier aqueduc en 1801. Ils disent qu'ils n'ont jamais vu sur le versant de la montagne aucune source dont les eaux étaient assez abondantes pour les besoins de la ville, quelque exigüe que fussent ses proportions au commencement du siècle. Les sources dont nous avons parlé existent encore aujourd'hui. Elles sont situées sur le versant de la montagne, en arrière du Collège de Montréal. Elles alimentent une espèce de lac artificiel qui peut avoir cinquante pieds de large, sur cinquante pieds de long. Ce lac sert à l'amusement des écoliers qui s'y promènent en canot pendant l'été et y patinent pendant l'hiver. Les tuyaux de bois de l'aqueduc primitif se reliaient à ces sources. Les tuyaux suivaient les rues Guy, Lamontagne et St-Antoine. En creusant les fondations de la maison des Soeurs Grises on a découvert plusieurs de ces tuyaux de bois.

  2. Les voyageurs du Nord-Ouest vers 1815

    Un mot maintenant sur les voyageurs du bon vieux temps, nous voulons parler de 1810 à 1820.

    Tous les ans la compagnie de la Baie d'Hudson engageait plusieurs centaines de voyageurs canadiens pour aller dans le Nord-Ouest.

    L'engagement était pour trois ou cinq ans.

    Les bureaux de la compagnie de la Baie d'Hudson se trouvaient à cette époque sur la rue St-Gabriel, à l'endroit où s'élève aujourd'hui l'Hôtel du Canada et les vieux bâtiments situés en face. Quelques unes des voûtes souterraines où la compagnie déposait ses fourrures peuvent encore être visitées par les amateurs d'archéologie.

    Le voyageur devait recevoir alors $100 par année avec sa nourriture. Lorsqu'un homme était engagée il recevait une couverte et un large courroie en cuir qui se passait sur le front pour soutenir sa charge dans les portages.

    Les voyageurs n'avaient pas de diligences à leur disposition et le trajet, qui durait trois ou quatre mois, se faisait en canot ou à pied.

    Le lieu de départ était Lachine. C'était là où les voyageurs prenaient les canots et commençaient à jouer de l'aviron, en chantant les chansons populaires dont les couplets se répètent encore aujourd'hui.

    A La Chine les parents et les amis des aventuriers venaient leur serrer la main et leur faire leurs adieux. Il y avait quelque fois des scènes navrantes, c'était une mère, une soeur, une fiancée qui fondait en larmes et se cramponnait aux épaules du voyageur au moment où il s'embarquait dans son canot.

    Par contre s'était une grande fête au retour des coureurs des bois. Le voyageur, après avoir passé cinq et souvent dix ans dans les forêts vierges du Nord-Ouest, revenait avec une bourse joliment bien garnie. Les voyageurs très fréquemment épousaient des femmes métisses et ils arrivaient à Montréal avec femme et enfants.

    A l'arrivée des aventuriers du Nord-Ouest c'était des ribottes terribles dans les auberges de la rue St-Paul et du bord de l'eau. Le voyageur n'était à Montréal que depuis quelques minutes lorsqu'il courait chez un marchand s'acheter un chapeau à larges bords qu'il ornait d'une plume.

    Nos gaillards après avoir bu du rhum à tire larigot se promenaient dans les rues de Montréal comme en pays conquis. La nuit ils faisaient le diable à quatre dans les estaminets du coin flambant. Si le guet intervenait, il était sûr d'être rossé. Le voyageur après avoir nocé pendant plusieurs jours à Montréal se rendait dans sa famille et souvent, au lieu de prendre un nouvel engagement avec la compagnie de la Baie d'Hudson, il s'achetait une terre avec ses économies.

    En 1810 avec $400 on faisait l'acquisition d'une terre valant $10,000.

    La Patrie, vendredi 21 novembre 1884, page 4.





Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 12182825 fois
depuis le 9 mai 2004