Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Tournois de pompes à incendie

Le bon vieux temps

D'après des articles parus dans le journal La Patrie en mars 1885.


    LE BON VIEUX TEMPS

    Tournois de pompes à incendie en 1850 - Perry vs Lepage.

  1. Le tournois de deux modèles de pompes à incendie le 29 août 1850

    En 1850 deux constructeurs de pompes à incendie se faisaient une concurrence acharnée, MM. Perry et Lepage.

    La pompe Montréal, stationnée sur la place Dalhousie, avait été construite par M. Lepage et avait la renommée d'être la plus puissante de la ville.

    M. Perry était jaloux du succès de son rival et construisit la pompe Union qui fut stationnée sur le marché au foin (aujourd'hui la place Victoria). Appuyée par les Anglais, M. Perry crut qu'il ferait pâlir l'étoile de M. Lepage.

    Il lança un défi à son rival, défi qui fut accepté immédiatement par la voie des journaux.

    La lutte devait avoir lieu à l'endroit ordinaire de ces tournois, c'est à dire sur la Place d'Armes.

    Voici le compte-rendu de l'affaire tel qu'il a paru dans la Minerve du 30 août 1850:

    Hier on a fait l'essai des pompes de Montréal et Union sur les tours de Notre-Dame. La pompe Montréal construite par M. Lepage a lancé l'eau 5 ou 6 pieds plus haut que l'Union, construite par M. Perry. cependant les experts, MM. Broudson, Frost et Spiers, ont décidé que l'Union avait lancé son eau à 147 pieds et la Montréal à 144 pieds, et voici la raison; c'est que l'eau de la première a mouillé la pierre de la tour à 147 pieds, tandis que l'autre ne l'a mouillé qu'à 144. Cependant il est reconnu par tous les assistants que l'eau lancée par la pompe Lepage est montée à plus de 150 pieds, c'est-à-dire à la troisième barre de la persienne qui est au-dessus du cadran, et que l'Union ne l'a lancée qu'au cadran. Pourquoi l'eau n'a-t-elle pas touché la tour à la hauteur à laquelle elle est montée? c'est la faute de ceux qui tenaient la lance et qui l'ont mal dirigée.

    Cependant tous ceux qui étaient là ont décidé que la pompe Lepage était supérieure à l'autre.

    On a ensuite fait l'essai des deux pompes en lançant l'eau d'une pompe à l'autre, c'est-à-dire que celle qui noierait l'autre en la remplissant d'eau serait la plus forte. Quand on s'aperçut que l'Union allait être submergée la première, on a ôté l'eau de la pompe Lepage.

    La Patrie, vendredi 13 mars 1885, page 4.





Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11266049 fois
depuis le 9 mai 2004