Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Portrait d'Émery Beaulieu

Mes racines / My roots

Louis Émery Beaulieu


Transcription par Jacques Beaulieu d'une découpure de journal conservée par Jeanne Beaulieu et accompagnée de cette note: «Cher père, comme je suis contente de le voir à l'honneur! Paul Dulac, ou plutôt Monsieur Georges Pelletier m'a fait à moi un très grand plaisir.» (janvier 1927)


Silhouette du jour

M. L.-E. Beaulieu

Il est de ceux dont Me Rousse a dit avec une pointe de paradoxe: «C'est l'avocat qui, aujourd'hui, parle le moins.» Il cause bien, et peu. Il est simple, laconique, élégant, sincère, profond. Il sait écouter. Il observe, note, réfléchit, déduit, conclut. Il voit juste, clair, va droit aux tréfonds du sujet débattu. Il a constaté qu'un client honnête, s'il a rarement tout à fait raison, a rarement aussi tout à fait tort. Il fait de départ de la vérité et de l'exagération, saisit ce qui est exact, ce qui est forcé, sur quel point le consultant erre, sur quel autre il a pour lui le droit. Caprices des clients, variations des témoins, faiblesses de la cause adverse, fantaisies de la jurisprudence, ambiguité des textes, incertitude des lois, étendue des connaisssances légales de tels magistrats, profondeur de la science de tels autres, il connaît tout cela d'expérience.

Il est digne, sérieux, lucide, d'éloquence sobre. En quelques minutes il expose son affaire au tribunal, bâtit son plaidoyer, donne sa mesure, celle de son droit. Cela fait que les juges, apprenant qu'il va plaider devant eux, n'estiment pas travailler ce jour-là. Il leur a tout préparé; ce sera pur plaisir de l'entendre. Et si blasés soient-ils des plaidoiries quotidiennes, ils auront toujours à s'étonner de sa clarté, de sa force, de sa logique, du ramassé concis de ses arguments, les meilleurs. D'avance ils sont tentés de lui donner raison, tant il a d'autorité, de solidité, de renom, de ferme bon sens.

Ses camarades, il n'y a pas trente ans, prédisaient au jeune homme calme et studieux qu'il était alors une des plus belles carrières, au barreau montréalais où il était déjà difficile de percer. Il a dépassé leur attente; il était dès avant la cinquantaine chef d'une grande étude, à force de labeur austère, de volonté persistante, qui ne s'est pas un instant égarée vers le mirage de la politique.

De commerce agréable, compagnon très gai, les heures de détente venues, il est lettré spirituel et fin. L'année qu'il présida le Cercle Universitaire, on s'inscrivait aux dîners-causeries périodiques de la maison autant pour ses délicieuses présentations des hôtes d'honneur que pour la causerie de la soirée. Car il a le goût délicat, l'ironie presque douce, à fleur d'épiderme, le mot qui fait balle, le trait rare, la tournure originale; il fait à la fois rire et réfléchir,

Il partage ses jours entre son cours de droit à l'Université, - cours de jurisconsulte nourri de la moëlle romaine, et accessible aux intelligences un tant soit peu ouvertes, - ses consultations d'avant-midi, le Palais, la Cour supérieure ou la Cour d'appel où ses factums et ses plaidoiries attirent ses confrères, qui l'estiment; l'après-midi, son goûter frugal expédié, c'est la reprise des plaidoiries, le cabinet de travail, l'affluence de la clientèle. Il a, selon l'expression de La Bruyère, «un riche fonds et de grandes ressources de science»; et «sa maison n'est pas pour lui un lieu de repos ni de retraite», puisqu'il continue d'y travailler fort avant dans la nuit. Mais elle est hospitalière, accueillante à ses amis autant qu'à ses dossiers.

Cette canaille de Voltaire disait: «J'aurais voulu être avocat: c'est le plus bel état du monde». Oui; mais l'entendait-il de la façon digne, probe et cosncienceuse que le comprend, avec plusieurs des nôtres, Me Beaulieu?

Paul DULAC




Jacques Beaulieu
Ce document a été mis en ligne le 16 juillet 2004
jacqbeau@canardscanins.ca


Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 12192491 fois
depuis le 9 mai 2004