Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Marc Damase Masson,
Merci à Brigitte Grenier pour sa contribution importante à cette page



Marc Damase Masson, cousin germain de Joseph Masson Dutremblé

Marc Damase Masson était le fils de Eustache Masson et de Scholastique Payfer. Pour plus sur ses ancêtres, pressez ICI.

Joseph Masson Dutremblé, lui, était le fils de Antoine Masson Dutremblé et de Marie Suzanne Payfer. Cette dernière était la soeur de Scholastique Payfer et ainsi les deux hommes étaient cousins germains par les Payfer. Le fait qu'ils portaient le même patronyme de Masson (le Dutremblé étant normalement omis) n'avait aucune incidence puisque les deux familles Masson étaient tout-à-fait distinctes comme l'examen de leurs ancêtres respectifs montre clairement: les ancêtres de Marc Damase Masson sont trouvés ICI et ceux de Joseph Masson Dutremblé sont trouvés ICI.



La famille de Marc Damase Masson

Marc Damase naquit à Sainte Geneviève de Pierrefonds le 23 février 1805. (Cet acte est trouvé plus bas.) Il mourut à Montréal le 22 avril 1878 et fut inhumé le 25 février dans le cimetière Notre Dame des Neiges. (Cet acte est trouvé plus bas.) [Celui-ci n'est pas sur la liste des défunts du cimetière, pas plus que les deux autres individus trouvés sur la même feuille d'actes. Il est probable que celui-ci fut inhumé dans la concession où fut inhumée son épouse, soit la concession 00034 de la section B.] Celle-ci, Marie Louise Virginie Jobin, mourut le 3 janvier 1885 et y fut inhumée le 7. (Cet acte est trouvé plus bas.)

Marc Damase fit partie de la cohorte 1815-23 du Collège de Montréal de 1814 à 1816. Il devint marchand à Beauharnois. Il déménagea de Beauharnois à Montréal entre le 7 juin 1838 et le 22 décembre 1839. Il fut président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1858.

Marc Damase Masson, fils de Eustache Masson et de Scholastique Payfer, épousa le 1er février 1830 dans la paroisse Saint-Clément de Beauharnois Marie Louise Virginie Jobin, fille du notaire André Jobin et de Josephte Beaudry.

Ceci dit, leur famille comprend quinze enfants, dont sept se marièrent, au moins six moururent en bas âge; le sort de deux enfants est à découvrir à ce jour.

  1. Marc Alfred Lucien Masson naquit le 11 février 1831 et fut baptisé le surlendemain en la paroisse Saint Clément de Beauharnois; ses parrain et marraine étaient André Jobin et Scholastique Paillefer(!). (Cet acte est trouvé sur sa page.) Il épousa le 6 mai 1871 à Notre Dame de Montréal Eulalie Georgiana Dugas, fille de feu Léon Dugas et de feue Eulalie Aurélie Holmes. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Eulalie Georgiana fut inhumée dans le lot 00034 de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges le 16 février 1895; Marc Alfred Lucien l’y rejoignit le 3 janvier 1902. Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  2. Eustache Masson naquit le 30 juin 1832 et fut baptisé sous condition le même jour en la paroisse Saint Clément de Beauharnois; ses parrain et marraine étaient Eustache Masson et Marie Clotilde Léocadie Masson. (Cet acte est trouvé plus bas.) Il mourut le même jour et fut inhumé en la paroisse Saint Clément de Beauharnois le 2 juillet. (Cet acte est trouvé plus bas.) Il était un de triplets et est décédé en bas âge.

  3. Marie Virginie Masson naquit également le 30 juin 1832 et fut baptisée sous condition le même jour en la paroisse Saint Clément de Beauharnois; ses parrain et marraine étaient Jean Baptiste Généreux et Marie Scholastique Masson. (Cet acte est trouvé plus bas.) Elle mourut le même jour et fut inhumée en la paroisse Saint Clément de Beauharnois le 2 juillet. (Cet acte est trouvé plus bas.) Elle était deuxième d'un triplet et est décédée en bas âge.

  4. Ondoyé Masson fut le troisième du triplet; il n'eut même pas de cérémonie de baptême à l'église et ne fut qu'ondoyé à la maison. L'enfant naquit à Beauharnois le 30 juin 1832 et fut inhumé en la paroisse Saint Clément de Beauharnois le 2 juillet et est décédé en bas âge. (Cet acte est trouvé plus bas.)

  5. Augustin Adolphe Masson naquit le 27 juillet 1833 et fut baptisé le même jour en la paroisse Saint Clément de Beauharnois. Ses parrain et marraine étaient Rodolphe Desrivières et Léocadie Masson. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Il épousa à Notre Dame de Montréal le 9 septembre 1867 Eugénia De Angelis, fille de Gaetano De Angelis et de Veneranda Caffiero. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Auguste Adolphe fut inhumé dans le lot 00034 de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges le 12 avril 1886. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Son épouse ne s'y trouve pas. Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  6. Marie Louise Octavie Masson naquit le 20 avril 1835 et fut baptisée le même jour en la paroisse Saint Clément de Beauharnois. Ses parrain et marraine étaient Eustache Masson et Marie Esther Masson. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Elle épousa à l’église Notre Dame de Montréal le 8 février 1854 Henri Maurice Perrault, fils de Julien Perrault et de Marie Sophie Gauvin. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Elle fut inhumée dans la concession 00021G de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges le 16 janvier 1888. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  7. Josephte Eugénie Alphonsine Masson, naquit le 15 novembre 1836 et fut baptisée le lendemain en la paroisse Saint Clément de Beauharnois; ses parrain et marraine étaient Joseph Surveyer et Marie Eugénie Decelles. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Elle épousa en l’église Notre Dame de Montréal le 20 juin 1859 de Joseph Duhamel, fils de de Joseph Duhamel et de de Domitilde Mousset; Joseph mourut le23 octobre 1894 et fut inhumé dans le lot 00372 de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges le 26 octobre 1894. (Cet acte et des articles sont trouvés sur sa page.) Marie Eugénie Alphonsine mourut le 31 décembre 1901 et fut inhumée avec son mari le 3 janvier 1902.(Des articles sont trouvés sur sa page.) Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  8. Marie Elmire Émilie Adèle Masson, naquit le 7 juin 1838 et fut baptisée le même jour en la paroisse Saint Clément de Beauharnois; ses parrain et marraine étaient Antoine Quintal et Elmire Masson.

  9. Marie Scholastique Léocadie Masson, naquit le 21 décembre 1839 et fut baptisée le lendemain à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient Jean Baptiste Généreux Pelletier et Marie Scholastique Masson. Elle mourut à l'âge de 10 mois le 4 juillet 1840 et fut inhumée le surlendemain. (Cet acte est trouvé plus bas.) Elle est donc décédée en bas âge.

  10. Marie Lise Léocadie Masson, née le 7 juin 1841 et baptisée le lendemain à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient André Jobin et Marie Élizabeth Dorval. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Elle épousa en l’église Notre Dame de Montréal le 16 septembre 1862 de Jean Baptiste Hospice Labelle, fils de de Joseph Labelle et de de Catherine David. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Jean Baptiste Hospice fut inhumé le 30 mars 1912 dans le lot 00113 de la section D du cimetière Notre Dame des Neiges;de Léocadie l’y rejoignit le 12 août 1912; Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  11. Charles Damase Alphonse Masson, naquit le 16 juillet 1843 et fut baptisé le même jour à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient Charles Augustin Brault et Eulalie Gauvin.

  12. André Damase Masson, naquit le 3 avril 1845 et fut baptisé le lendemain à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient Alfred Masson et Octavie Masson. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Il épousa le 25 avril 1871 à Notre Dame de Montréal Marie Louise Élisa Lamère, fille de Jean Baptiste Lamère et de feue Laurence Pauline Élisabeth Paradis. . (Cet acte est trouvé sur sa page.) Damase fut inhumé le 3 novembre 1923 dans le lot 00034 de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges; Élisa l’y rejoignit le 17 février 1925; Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  13. Marie Josephte Virginie Masson naquit le 13 février 1848 et fut baptisée à Notre Dame de Montréal le lendemain; ses parrain et marraine étaient Etienne Alexis Dubois et son épouse Marie Josephte Beaudry. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Elle épousa en l’église Saint Jacques de Montréal le 4 février 1873 Guillaume Henri Desjardins, fils de Edmond Desjardins et de Marie Joséphine Panneton. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Virginie mourut à Boston où elle demeurait avec son mari le 17 janvier 1886. Elle fut inhumée dans le lot 00034 de la section B du cimetière Notre Dame des Neiges le 21 janvier 1886. (Cet acte est trouvé sur sa page.) Son mari n’y est pas.Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

  14. Marie Sophie Eulalie Masson, naquit le 26 février 1850 et fut baptisée le même jour à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient Joseph Léandre Brault et Marie Léocadie Masson. Elle mourut à Montréal le 12 juillet 1851 à l'âge de 16 mois et seize jours. (Cet acte est trouvé plus bas.) Elle est donc décédée en bas âge;

  15. Marie Louise Sophie Masson, naquit le 26 octobre 1851 et fut baptisée le lendemain à Notre Dame de Montréal; ses parrain et marraine étaient Thomas Edmond D’Odet D’Orsonnens et Marie Louise Adéline Dorval. Elle mourut le 23 juillet 1852 à l'âge de 9 mois et fut inhumée le lendemain. (Cet acte est trouvé plus bas.) Elle est donc décédée en bas âge;



Marc Damase Masson

Mémorial Nécrologique

Nous regrettons d’apprendre la mort subite de notre estimé concitoyen, M. Damase Masson, arrivée hier.

Nous donnerons des détails dans notre prochain numéro.

La Minerve, mardi le 23 avril 1878, page 2.


Mémorial Nécrologique

Montréal vient de perdre un de ses citoyens les plus distingués dans la personne de M. Damase Masson dont nous annoncions hier la mort arrivée lundi à une heure p.m. Le défunt laisse, avec une belle fortune, un nom honoré et une réputation sans ta Il naquit à Ste. Geneviève le 23 février 1805. En 1829, il s’établissait à Beauharnois où il sut se créer une brillante position dans le commerce. Quand éclata l’insurrection de 1837 il se rangea avec ardeur du côté des patriotes et il se trouva ruiné à la suite de ces troubles. Mais loin de le décourager, ces revers ne firent plutôt que redoubler son énergie et il vint se fixer en 1839 à Montréal où il réussit par un travail incessant, à se placer au premier rang des hommes d’affaires et de progrès. En 1855, il fut élu membre du Conseil de Ville et fut pendant quelques années président du Comité des Finances. Il a puissamment contribué à la construction de l’aqueduc et à d’autres travaux importants d’amélioration pour la Ville. Plus récemment, il a été l’un des principaux arbitres dans les expropriations jugées nécessaires pour l’embellissement de Montréal, ou l’élargissement des rues, et il a toujours rempli ces fonctions difficiles à la satisfaction des intéressés. Depuis l’établissement de la Banque des Marchands, il en a été un des directeurs et des plus forts actionnaires, et n’a rien épargné pour promouvoir les intérêts de cette institution qui lui a dû une bonne part de ses succès. Il a de plus fait partie des bureaux d’administration de plusieurs compagnies d’assurances, entr’autres de la North British, et a été aussi directeur de la compagnie du Richelieu. En politique, M. Masson était conservateur. Par son honnêteté à toute épreuve, par l’affabilité de ses manières et sa charité pour les pauvres, il s’était acquis l’estime de tous, et sa perte est vivement regrettée de tous ceux qui l’ont connu. Lundi matin, vers sept heures, il fut saisi d’une attaque de paralysie et il mourait quelques heures après, muni de tous les sacrements de l’Eglise, à l’âge de 73 ans, au milieu de sa famille à laquelle nous offrons nos sincères sentiments de condoléance.

Les funérailles auront lieu jeudi à 8 heures précises. Le convoi funèbre partira de sa demeure, No. 363, rue Bleury, pour l’Eglise de Notre-Dame.

La Minerve, mercredi le 24 avril 1878, page 2.


Documents numérisés ou transcrits

  1. Baptême de Marc Damase Masson à Sainte Geneviève de Pierrefonds (24 février 1805)



    L'an mil huit cent cinq le vingt quatre fevrier je soussigné ai baptisé marc Dâmase né hier fils légitime d'eustache macon cultivateur de cette paroisse et De Scholastique payfer furent parrain et marraine henry payfer et Catherine macon oncle et tante de l'enfant le parrain seul a signé.

  2. Baptême de Marie Virginie Masson à Saint Clément de Beauharnois (30 juin 1832)





  3. Baptême de Eustache Masson à Saint Clément de Beauharnois (30 juin 1832)





  4. Sépulture de Virginie et Eustache Masson à Saint Clément de Beauharnois (2 juillet 1832)





  5. Sépulture de Ondoyé Masson à Saint Clément de Beauharnois (2 juillet 1832)





  6. Sépulture de Marie Léocadie Masson au cimetière de Notre Dame à Montréal (10 juillet 1840)





  7. Sépulture de Marie Sophie Eulalie Masson au cimetière de Notre Dame à Montréal (15 juillet 1851)





  8. Sépulture de Marie Louise Sophie Masson au cimetière de Notre Dame à Montréal (24 juillet 1852)





  9. Sépulture de Marc Damase Masson au cimetière Notre Dame des Neiges à Montréal (25 avril 1878)





  10. Sépulture de Marie Louise Virginie Jobin au cimetière Notre Dame des Neiges à Montréal (7 janvier 1885)






Entrée dans le dictionnaire Biographique du Canada en ligne

Ce dictionnaire est trouvé
ICI

MASSON, MARC-DAMASE, négociant et homme d’affaires, né à Sainte-Geneviève sur l’île de Montréal le 23 février 1805, fils d’Eustache Masson et de Scholastique Pfeiffer (Payfer), décédé à Montréal le 23 avril 1878. La famille de Marc-Damase Masson venait de Saint-Benoît, ville d’Orléans, province d’Orléanais. Le premier de cette famille à s’implanter en terre canadienne fut Pierre, fabricant de poulies, né en 1724. Il épousa Marie-Louise Beaupré à Québec le 22 février 1751. Leur fils Pierre-Marc est l’aïeul de Marc-Damase Masson.

C’est à Sainte-Geneviève, sur la ferme de son père, que Marc-Damase Masson passa les premières années de son enfance. Puis il vécut à Saint-Clément-de-Beauharnois où son père établit bientôt un commerce.

Après avoir été formé aux affaires dans son milieu familial, le jeune homme se lança lui-même dans le commerce, en 1829, à Saint-Clément-de-Beauharnois. Le 1er février 1830, il épousa Virginie Jobin, fille du notaire André Jobin* de Montréal. Huit enfants naquirent de cette alliance : trois garçons et cinq filles.

La position de Marc-Damase Masson dans le commerce était excellente quand éclata la rébellion de 1837. Le jeune négociant se rangea du côté des Patriotes. Ses propriétés furent «détruites par la soldatesque» et il perdit ainsi le fruit de plusieurs années de travail. En 1839, il vint refaire sa vie à Montréal et réussit, grâce à son expérience et à son travail incessant, à se placer aux premiers rangs des hommes d’affaires de Montréal. À l’angle des rues McGill et Notre-Dame, il ouvrit une épicerie de gros et de détail, «qu’il géra avec succès, selon le Montreal Herald and Daily Commercial Gazette du 23 avril 1878 ; il fit de la maison D. Masson & Co. l’une des plus importantes et des mieux connues de la ville et de la région». Après sa mort, ses trois fils, Damase, Alfred et Adolphe devaient continuer l’important commerce de leur père.

Les activités de Marc-Damase Masson se multiplièrent et se diversifièrent au rythme où progressait son commerce. En. 1846, un certain nombre d’hommes en vue de Montréal fondèrent la Banque d’Épargne de la Cité et du District de Montréal. La plupart des banques de Montréal étaient alors proprement commerciales, c’est-à-dire qu’elles répondaient uniquement aux besoins du trafic. La Banque d’Épargne eut pour fondements la valeur et la nécessité de l’épargne et le besoin d’en populariser l’habitude. Avec les quelques Montréalais les plus en vue de l’époque, Marc-Damase Masson fut élu administrateur de la nouvelle banque de 1846 à 1850.

Selon l’organe officiel de la Banque d’Épargne «ce choix était judicieux. Masson, négociant probe et prospère, mettait son expérience au service de ses collègues pour établir sur des bases solides la Banque d’Épargne».

Le 13 décembre 1846, on choisissait Marc-Damase Masson comme marguillier de Notre-Dame. En février 1855, le suffrage populaire l’élisait au conseil de la cité de Montréal. Il siégea trois ans comme échevin du quartier Saint-Laurent et, pendant quelques années, il assuma la présidence du comité des finances. Il contribua largement à la construction de l’aqueduc et à d’autres travaux d’amélioration de la ville. En 1858, il devint président de la Société Saint-Jean-Baptiste et, en 1861, il fit partie du groupe d’hommes d’affaires qui, sous la présidence de Hugh Allan*, fondèrent la Banque des Marchands. Faute de capital suffisant, cette banque n’ouvrit ses portes que trois ans après avoir reçu sa charte. Masson en fut un des directeurs jusqu’à sa mort et un des plus forts actionnaires. Il prit beaucoup d’intérêt à cette institution qui lui dut, en bonne part, ses quelques années de prospérité, depuis l’achat de la Banque Commerciale du district de Midland (Commercial Bank of the Midland District) en 1868 jusqu’en 1873. La Banque des Marchands souffrit, en effet, du scandale du chemin de fer canadien du Pacifique dans lequel Allan était impliqué, ainsi que de la crise économique qui suivit. Mais, parce que le départ avait été bon, la banque devait refaire sa position après 1878 et s’implanter à travers tout le Canada. Elle s’était taillé une place de choix parmi les banques canadiennes quand elle fut achetée par la Banque de Montréal en 1921. Marc-Damase Masson fut aussi membre du conseil d’administration de plusieurs compagnies d’assurance, dont la North British and Mercantile Insurance Company. Il fut également directeur de la Compagnie du Richelieu [V. Sincennes].

Le 23 avril 1878, il mourut à Montréal à l’âge de 73 ans. Son nom était en haute estime dans le monde des affaires où il s’était distingué par son honnêteté dans les transactions publiques et privées : «C’était un homme intègre qui croyait en la force de l’exemple pour inculquer son idéal aux gens avec qui il était en relations.»

Andrée Désilets

AJM, Louis Richard, La famille Masson.— Archives paroissiales de Sainte-Geneviève (Pierrefonds, Qué.), Registres des baptêmes, mariages et sépultures, 23 févr. 1805, 14 sept. 1853.— AVM, 3 610.4, 3 610.6 ; Biographies de conseillers.— Gazette (Montréal), 23 avril 1878.— La Minerve (Montréal), 24 avril 1878.— Montreal Herald and Daily Commercial Gazette, 23 avril 1878.— Le National (Montréal), 23 avril 1878.— Le Nouveau Monde (Montréal), 23 avril, 26 avril 1878.— L’Opinion publique (Montréal), 25 avril, 2 mai 1878.— The Canadian album [...], William Cochrane et al., édit. (5 vol., Brantford et Toronto, 1891–1896), V : 117.— Raymond Masson, Généalogie des familles de Terrebonne (4 vol., Montréal, 1930–1931).— Tanguay, Dictionnaire, V.— Denison, Première banque au Canada.— É.-Z. Massicotte, Processions de la Sainte-Jean-Baptiste en 1924 et 1925 (Montréal, 1926), 40s.— R.-L. Séguin, Biographie d’un patriote de ’37, le Dr Luc-Hyacinthe Masson (1811–1880), RHAF, III (1949–1950): 496.



Cimetière Notre Dame des Neiges: Concession B 00034

Après le jour d'inhumation, on trouve le nom du défunt et sa relation avec Marc Damase Masson si celle-ci est connue:
  1. 5 mars 1874: Marie Labelle, fille de Jean Baptiste Hospice Labelle et de Marie Lise Léocadie Masson, fille de Marc Damase Masson;
  2. 29 août 1878: M.a.s.l. [Marie Anne Sophie Léocadie] Masson, fille de Marc Alfred Lucien Masson, fils de Marc Damase Masson;
  3. 26 juillet 1879: M.j. Aug. Eugenie [Marie Joseph Auguste Eugène] Masson, fils de Marc Alfred Lucien Masson, fils de Marc Damase Masson;
  4. 7 janvier 1885: Marie Lise Virginie Jobin, épouse de Marc Damase Masson;
  5. 21 janvier 1886: Virginie Masson, fille de Marc Damase Masson et épouse de Guillaume Henri Desjardins;
  6. 12 avril 1886: Aug. Adolphe Masson
  7. 5 mai 1886: Marie Marguerite Desjardins, fille de Guillaume Henri Desjardins et de Marie Josephte Virginie Masson, fille de Damase Masson;
  8. 21 mars 1888: Paul Alfred Masson, fils de Marc Alfred Lucien Masson, fils de Marc Damase Masson;
  9. 16 février 1895: Eul. [Eulalie] Georgiana Dugas, épouse de Marc Alfred Lucien Masson, fils de Marc Damase Masson;
  10. 26 août 1909: Marc Lucien Alfred Masson, fils de Marc Damase Masson;
  11. 21 décembre 1911: Arthur Joseph Masson
  12. 3 novembre 1923: Damase Masson, fils de Marc Damase Masson;
  13. 17 février 1925: Élisa Lamère, épouse de André Damase Masson, fils de Marc Damase Masson;
  14. 11 janvier 1930: Amélie Masson, épouse de Louis Wilfrid Sicotte et fille de Marc Alfred Lucien Masson, fils de Marc Damase Masson;
  15. 10 mai 1944: Béatrice [Lemaitre] Delottinville, épouse de Léon Damase Masson;
  16. 16 mai 1944: Jean Masson;
  17. 26 juillet 1945: Anna Masson;
  18. 12 août 1947: Auguste Damase Masson, fils de André Damase Masson, fils de Marc Damase Masson;
  19. 23 mai 1956: Ernest Key;
  20. 20 juillet 1963: Pierre Adolphe Masson;
  21. 15 août 1963: Léon Masson ;
  22. 25 août 1966: Paul Alfred Masson;
  23. 26 octobre 1971: Adélina Lamb, épouse de J.f. [Jean François] Masson, fils de André Damase Masson, fils de Marc Damase Masson;
  24. 8 mars 1973: Annette [Antoinette] Charlebois, épouse de Auguste Damase Masson, fils de André Damase Masson, fils de Marc Damase Masson;
  25. 11 décembre 1982: Irène Gauthier, épouse de P-A Masson;
  26. 1er octobre 1993: Béatrice Masson.
Nombre de défunts: 26


Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11278689 fois
depuis le 9 mai 2004