Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Lettre de Joseph Bélanger à sa soeur Émilienne

Lettre de Joseph Bélanger, jésuite, à sa soeur Émilienne Bélanger à l'occasion de ses 80 ans, le 16 mars 1966





- POUR TES 80 ANS -

Ma chère Emilienne,

80 ans! Est-ce croyable? Tu tiens bon encore, alors que tant d'autres plus jeunes sont réduits à l'impuissance totale. Je te vois à la cuisine préparant toi-même tous les plats, au bas desquels on pourrait mettre l'inscription: faits pour plaire. Je te vois dirigeant ta maison dans tous les coins et recoins. La politique t'intéresse - et pourquoi pas: il le faut, de nos jours surtout -, de même que l'art, les mots croisés, sans oublier la chose la plus importante: approfondir tes connaissances religieuses pour les mieux vivre.

Les problèmes sociaux et familiaux sont loin de te laisser indifférente. Tu t'inquiètes à bon droit de l'esprit d'un bon nombre de jeunes de nos jours qui ne veulent plus subir le joug de l'autorité. Le laisser-aller de beaucoup de parents au sujet de leurs devoirs religieux et dans l'éducation de leurs enfants ne va pas sans t'attrister profondément.

Mais ce qui provoque notre admiration pour toi c'est ton grand esprit de foi qui s'efforce d'accepter joies et souffrances comme de la main de Dieu; n'est-ce pas que tout cela est une grâce, Dieu ne voulant toujours que le plus grand bien de notre âme?

Epouse et mère, tu es la dame du bon conseil, la dame du bon secours à ton cher époux, à tes chers enfants, à tous ceux et celles qui viennent te confier leurs problèmes, leurs peines. Aussi, tous et toutes regardent ta présence au milieu de nous comme une faveur du ciel.

Pour terminer, j'ai cru te faire plaisir en te citant le dernier couplet de la chanson de Théodore Botrel "Les Mamans", chanson que tu chantais, jeune fille, avec tant de coeur et qui t'a valu tant d'applaudissements:

"Puis redoublez de gentillesse
Lorsque leurs cheveux seront blancs.
Pour mieux égayer leur vieillesse
Redevenez petits enfants.
Entourez-les de vos tendresses,
Soyez câlins, soyez aimants.
Ne ménagez pas vos caresses,
Car ça fait plaisir aux mamans."

Le 16 mars, 1960.
Ton petit frère Jos., S.J.




Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11654107 fois
depuis le 9 mai 2004