Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Concert de Germaine Malépart et de Mary Izard
Le programme en partie numérisé ici est la propriété d'Odile Malépart, nièce de Germaine Malépart



Récital de Germaine Malépart et Mary Izard
donné le 25 novembre 1924 au Ritz-Carlton à Montréal



Couverture du programme:





Intérieur du programme:





Compte-rendu d'Henri Letondal trouvé dans La Patrie:





LES CONCERTS

GERMAINE MALEPART ET MARY IZARD

A la salle du Ritz Carlton

Il nous est rarement accordé la faveur d'entendre un concert d'une aussi belle tenue artistique que celui donné, hier soir, au Ritz, par Germaine Malépart, pianiste, et Mary Izard, violoniste.

Tour à tour partenaires dans deux sonates de Mozart et de Beethoven, ces deux artistes se sont révélées ensuite comme solistes dans un programme d'oeuvres éprouvées et souvent exécutées, à l'exception d'une ou deux pièces. En somme, programme intéressant, fait pour paire, et ne manquant pas son but.

Au piano, Germaine Malépart a donné une interprétation vraiment remarquable de finesse et de style du "Carnaval" de Schumann, interprétation qui lui a valu une véritable ovation. Signalons aussi le délicieux "Nocturne" de Fauré (le quatrième) et le "Pantin" de Granados, paraphrase éblouissante de thèmes esopagnols.

Germaine Malépart peut marcher de pair avec les plus illustres virtuoses qui nous viennent de l'étranger. Aussi mérite-t-elle plus que de banals éloges. Son jeu est fait d'intelligence et de précision, à ce point qu'il nous semble un peu trop cérébral. Son interprétation est réfléchie, et si l'artiste craint parfois de s'abandonner aux élans qui lui viennent en cours d'exécution, c'est précisément par crainte de nuire à la beauté de l'ensemble. Il y a dans cette interprétation une sorte de netteté sculpturale, qui est bien l'une des caractéristiques du probe talent de Germaine Malépart. Elle manque assurément de confiance et de spontanéité, et cela perce suffisamment pour nous révéler une nature d'artiste inquiète, passionnément éprise de perfection, et ne voulant rien laisser au hasard. Sa compréhensive interprétation des oeuvres la classe bien au-dessus des pianistes qui n'ont que de la fougue et des doigts.

Soit que les deux artistes se fussent communiqué leurs scrupules respectifs, soit par souci de bien jouer, Mary Izard se montra plus à son avantage dans des pièces originales comme "En bateau" de Debussy eet "Danse Espagnole" de Sarasate, que dans la "Chaconne" de Vitali-Chariter, par exemple, où les difficultées techniques sont en abondance. L'archet glisse plus volontiers sur la corde qu'il ne s'y attache pour donner une impression de fermeté et certains pianissimos sont d'une inquiétante ténuité. Si la finesse nuit parfois à la décision des doigts, le sentiment, lui, se manifeste avec éclat, sans être ni trop alangui ni trop mièvre.

Les deux artistes ne pouvaient manquer de s'infuser une part de leur sensibilité dans les oeuvres qu'elles interprétaient. La "Sonate, op. 23" de Beethoven fut rendue avec un bel ensemble et dans un mouvement juste. L'exécution en fut bien préférable à celle de la "Sonate en la majeur" de Mozart, qui ne parut pas conserver tout son caractère et la distingue fort peu de la sonate de Beethoven.

Malgré certaines critiques de détails que nous n'avons pas manqué de faire, parce que nous nous adressons à des artistes et non à des amateurs, l'audition d'hier soir fut un succès sans précédent. Salle comble; plus un fauteuil de libre; jusque sur les marches de l'escalier de la galerie. Le public avait été parqué. Voilà de quoi faire réfléchir nos imprésarii qui s'entêtent à faire salle vide avec des artistes étrangers.

Henri LETONDAL

La Patrie
26 novembre 1924
page18




Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 28 novembre 2018
Ce site a été visité 12621350 fois
depuis le 9 mai 2004