Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Concert Symphonique
Le programme en partie numérisé ici est la propriété d'Odile Malépart, nièce de Germaine Malépart



L'Orchestre Symphonique de Montréal
dirigé par Désiré Defauw,
avec Germaine Malépart au piano,
concert donné le 11 mars 1941



Deux pages du programme:





Compte-rendu par Dominique Laberge de La Patrie

Au Plateau

Désiré Defauw et Germaine Malépart

Le concert d'hier soir à l'Auditorium du Plateau, ramenait le célèbre chef d'orchestre belge Désiré Defauw. Du chef il y a très peu à dire, ayant épuisé (non sans raison) toute la gamme des éloges, lors de ses trois apparitions précédentes. Il n'est pas inutile de répéter que Désiré Defauw fait autorité, et cela aux dire de tous sans exception.

Le chef belge en a fait bénéficier la Symphonie en Mi mineur dite du Nouveau Monde, de Anton Dvorak, que d'aucuns étaient las d'entendre. Bien curieuse cette symphonie avec son abondance généreuse, fastidieuse, son souffle incontestable, mais aussi ses répétitions et ses longueurs. Elle est souvent attachante et quelquefois monotone; singulier mélange d'inventions délicates et d'idées boursouflées. M. Defauw en a atténué les défauts d'une façon merveilleuse et a très habilement mis en relief les meilleures parties. L'Adagio fut particulièrement de toute beauté, il nous semblait entendre une bucolique en plein air.

Mais le grand attrait de la soirée, comme évocation authentique, était le Concerto de Mozart joué par la pianiste canadienne Germaine Malépart que ramenait aussi la Société des Concerts Symphoniques, sans doute pour se souvenir de ses origines. Germaine Malépart avait choisi le délicieux Concerto de 1785, également en mineur - comme quoi quoi la même tonalité peut conduire à des effets bien divers. C'est une page passionnée, au début presque romantique, qui date de cette période où Mozart se créait à lui-même un répertoire si riche de pianiste. Lorsqu'on entend parler ces limpides broderies autour des thèmes essentiels du chant principal, on ne peut s'empêcher de voir Mozart en personne, tel qu'on nous l'a décrit, avec son jeu enchanteur et son goût exquis.

Mademoiselle Germaine Malépart nous a donné de l'oeuvre l'impression la plus charmante. Elle joua le Concerto avec une délicatesse de toucher, une sobriété de nuances et une pureté de style que l'on ne saurait trop louer.

Ses pianissimi, en particuliers, étaient délicieux. Le jeu de Germaine Malépart était en même temps une leçon: cette oeuvre, techniquement facile, était jouée, somme toute, par l'une de nos premières pianistes, qui a derrière elle un cycle d'années d'expérience. Ce qui revient à dire que le temps et le travail sont les éléments de la maturité.

Le concert se terminait par Le Cygne de Tuonéla, de Jean Sibelius, dans lequel le hautbois de M. Réal Gagnier fit merveille, et par l'intéressant poème symphonique de Glazounov: Stenka Bazine, dédié à la mémoire d'Alexandre Borodine. Cette composition est digne du bon élève de Rimsky-Korsakoff qui fut son auteur. Elle est largement descriptive et l'orchestration, parfois, un peu lourde, en est généralement colorée. L'exécution en fut en tous points irréprochable.

Dominique Laberge






Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 28 novembre 2018
Ce site a été visité 12621763 fois
depuis le 9 mai 2004