Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Nonagénaire

Chapitre Douze

NONAGÉNAIRE

Extrait de mon journal: «Octobre 1993: J'ai 90 ans!!! On me fête chez mon fils Pierre et sa femme Louise, traiteur de la Bécasse. Mes enfants, mes petits-enfants, Gilberte et Michèle sont tous présents. Qu'ils sont beaux et jeunes! me semble-t-il. C'est pour moi, ce magnifique spectacle? J'en ai les larmes aux yeux. Et les cadeaux! Une enveloppe où chacun m'invite à des rencontres personnalisées qui vont s'échelonner sur toute mon année anniversaire: quelle trouvaille! Des sorties prévues pour un an d'avance!»

J'aime bien connaître les projets des uns et des autres. J'aime planifier ma journée, ma semaine... Serait-ce que je ne veux rien manquer? Non! Plutôt, je n'aime pas les surprises... Comme je suis plus lente dans mes mouvements, je préfère avoir plus de temps à moi pour paraître à mon mieux, être prévenue aussi pour empêcher mes réactions verbales un peu trop vives, que je regrette ensuite. En ce domaine, je n'ai rien perdu de ma promptitude! Alors, beaucoup d'invitations, bien situées sur mon calendrier, c'est vraiment ma chance!

Une nouvelle fête se prépare pour le début de décembre: Nicole donne une soirée costumée «à l'ancienne» chez elle! Telle mère, telle fille! Je ne manquerais pas ça pour tout l'or au monde: j'y arrive en jupe longue et étroite, chapeau en hermine à osprey (aigrette de plumes) et cheveux bouffants.

Quel plaisir nous avons tous à nous reconnaître! Et quels souvenirs aussi pour moi: l'«autrefois», ça aurait pu être mon bal de débutante en 1925...

Encore un changement de titre

Je suis arrière-grand-mère! Quatre petits enfants nouveaux sont nés: Éric, fils de Jacques Farmer et Patricia; Noémie et Cynthia, jumelles de Philippe Casgrain et Chantale; Alexandre, fils de Chantal Casgrain et Pierre. Suis-je plus vieille pour autant? Non, je ne me sens pas vieillie par la présence de ce petit monde bruyant. Plutôt, je trouve qu'ils prennent la place que j'occupais jusqu'à maintenant, que je ne suis pas préparée à céder d'ailleurs. Ces innocents ont tardé à venir et, première rendue, je me suis installée au centre des familles en «la place de reine» comme me le dit au téléphone ma fille Micheline. Alors, je proteste parfois...

Expériences spéciales

En dépit de mon âge, je connais encore des expériences inattendues : je participe à une emission, Radio Ville-Marie, passé et mon présent. Et Colette, ma petite-fille, enregistre l'émission et m'offre la cassette. Pas mal! J'y parle du Train canadien qui relie symboliquement Québec à Paris en 1923: on envoie en France nos jeunes gens brillants (Jean Désy, Gérard Parizeau, Jean Lesage, les docteurs Legrand, Jean Bruchési et d'autres) pour faire connaître le Québec et ses richesses intellectuelles et matérielles, comme le sirop d'érable, l'électricité et la fourrure. Jeune femme, j'ai croisé ces personnes là-bas et... ici par la suite, dans mon cercle de relations.

À Noël 1995, une surprise m'attend. On m'a prise au mot! J'ai tant parlé des souvenirs qui jalonnent ma longue vie que Nicole et Raymond m'offrent une aide pour écrire mes mémoires et en faire une édition vivante. Avec l'enthousiasme que l'on me connaît et sans trop savoir dans quelle galère je m'embarque, j'accepte! Hélas! une chute dans mon appartement entraîne la fêlure de mon épaule droite. Incapable pendant plusieurs semaines de me débrouiller seule, je reçois l'assistance précieuse de mes voisines. Bientôt, j'espère, je surmonterai mon handicap et j'en finirai avec mon cadeau empoisonné!

La religion, ultime réconfort

Dans les moments importants de ma vie, je me tourne vers la religion. Jadis avec mon époux, je partageais la prière du soir et les retraites paroissiales annuelles. Aujourd'hui, je fréquente l'église St-Viateur, et je reste fidèle au calendrier liturgique d'autrefois.

Mais d'abord et surtout, je prie pour mes amis, mes enfants, mes petits-enfants aux prises à leur tour avec la vie. Il est une prière que j'adresse depuis des années au Tout-Puissant et qui résume les valeurs sur lesquelles j'ai fondé mes actions:

Seigneur, si tu m'avais donné la vie,
sans me donner ta vie
Cela aurait pu me suffire

Si tu m'avais donné ta vie
sans me faire naître dans un foyer uni
Cela m'aurait suffi

Si tu m'avais donné de naître dans un foyer uni
sans m'avoir fait jouir d'une enfance heureuse
Cela aurait pu me suffire

Si tu m'avais fait atteindre l'adolescence
sans me donner le don d'émerveillement
Cela m'aurait suffi

Si tu m'avais donné le don d'émerveillement
sans me donner le moyen de communiquer avec les autres
Cela aurait pu me suffire

Seigneur, si tu m'avais donné l'intelligence
sans me favoriser d'un esprit de recherche
Cela m'aurait suffi

Si tu m'avais favorisée d'un esprit de recherche
sans jamais répondre à mes «pourquoi?»
Cela aurait pu me suffire

Si tu avais répondu à mes «pourquoi?»
sans pour autant me donner la foi
Cela m'aurait suffi

Si tu m'avais donné la foi
sans m'aider quand le trébuchais
Cela m'aurait suffi

Si tu m'avais aidée quand le trébuchais
sans placer sur ma route des gars, des filles,
des hommes, des femmes qui marchent vers toi
Cela m'aurait suffi

Mais, Seigneur tu l'as fait,
et tu as fait bien plus encore

Devant tout ce que tu m'as donné,
devant tout ce que tu me donnes
Je ne te dis pas: encore!
Je ne te dis pas:assez!
Je ne te dis pas: c'est trop!
Je te dis tout simplement de tout mon coeur:
Merci!


Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11660577 fois
depuis le 9 mai 2004