Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Bruno Wilson
Merci à Louiselle Saint-Laurent pour sa contribution importante à cette page

Bruno Wilson, neveu d'Henri Césaire

Jean Antoine Stanislas Bruno Wilson naquit le 10 décembre 1867 à l'Île Bizard et baptisé le même jour à Saint-Raphaël de l'Île Bizard. (Cet acte est numérisé plus bas.) Il était le fils de Antoine Stanislas Wilson et de Odile Saint-Pierre. Pour plus sur leur famille, pressez ICI.

Jean Antoine Stanislas Bruno étudia au séminaire de Sainte-Thérèse puis à l'université Laval à Montréal. Il devint chef des nouvelles au journal "Le Monde" en 1895. Il se joignit à la "Presse" en 1896. En 1897, il devint chef des nouvelles à la "Patrie". Il y demeura jusqu'en 1900.

Jean Antoine Stanislas Bruno Wilson maria en l'église Saint-Jacques de Montréal le 16 octobre 1899 Cordélia Berthiaume, fille de Clément Berthiaume et de Exilda Pelletier. (Cet acte est numérisé plus bas.)

Jean Antoine Stanislas Bruno travailla successivement à "L'Etoile" de Lowell, Mass. et à "L'Opinion Publique" de Worcester, Mass. Il revint à la "Presse" en 1909. De 1911 à 1913, il fut secrétaire de l'"Union expérimentale de la province de Québec". De 1913 à 1917, il fut en charge de l'édition hebdomadaire de la "Patrie" ainsi que de la chronique agricole à la "Presse". Il continua à se charger de la chronique agricole de la "Presse" et ce, jusqu'à sa retraite, en avril 1947.

Selon le Lovell, en 1914, Jean Antoine Stanislas Bruno est dit journaliste, et réside au 301 Sanguinet; en 1915, il est dit éditeur et réside au 115 Dorchester est; de 1916 à 1920, il est dit éditeur et habite au 9 avenue Annette.

Son épouse Cordélia mourut le 21 avril 1919 et fut inhumée le 24 dans le lot 00138G de la section P du cimetière Notre Dame des Neiges de Montréal. Jean Antoine Stanislas Bruno maria le 16 octobre 1919 à Saint Stanislas de Kostka de Montréal Maud Elisabeth Ashcroft, née à Bolton, Lancashire, fille de William Ashcroft et de Martha Elisabeth Holmes, et veuve de Eugène Carle; (Ces actes sont numérisés plus bas.)

Jean Antoine Stanislas Bruno habita au 2878 avenue des Belges en 1922 et 1923, au 3898 Berri de 1923 à 1925, 8642 Berri en 1926. En 1927 il habitait au 8056 avenue Henri Julien et était éditeur à La Presse, en 1930 il est dit employé à "La Presse", et habitait le 4534 Saint André. Maud Elisabeth mourut à Montréal le 23 décembre 1930 et fut inhumée à Saint-Raphaël de l'Île Bizard le 26. (Cet acte est numérisé plus bas.)

Jean Antoine Stanislas Bruno est dit journaliste et habite au 8336 avenue De Gaspé de 1931 à 1934, de 1934 à 1936 au 8382 avenue Drolet puis habita à l'appartement 12 au 8710 Basile-Routhier à Montréal de 1936 jusqu'à sa mort le 20 février 1951 et fut inhumé avec sa deuxième épouse à Saint-Raphaël de l'Île Bizard. (On y trouve plus bas une photo du monument érigé au cimetière en question.)



Documents numérisés ou transcrits

  1. Baptême de Jean Antoine Stanislas Wilson à Saint-Raphaël de l'Île Bizard (10 décembre 1867)



    Le dix Décembre mil huit cent soixante sept nous soussigné curé de cette paroisse avons baptisé Jean Antoine Stanislas né aujourd'hui du légitime mariage de Antoine Stanislas Wilson cultivateur et d'Odile St Pierre de cette paroisse. Parrain Jean Baptiste Wilson, marraine Marie Domitilde Denis qui ainsi que le père n'ont pu signer.


  2. Mariage de Jean Antoine Stanislas Wilson et de Cordélia Berthiaume en la paroisse Saint Jacques de Montréal (16 octobre 1899)



    Le seize Octobre mil huit cent quatre vingt dix neuf, après la publication d'un ban de mariage faite au prône de notre messe paroissiale, vu la dispense des deux autres bans accordée par Monsieur le Chanoine Alfred Archambault, a Jean Antoine Stanislas Wilson, journaliste, domicilié en cette paroisse, fils majeur de Antoine Olias Stanislas Wilson et de Odile St Pierre de la paroisse de saint Raphael de l'Ile Bizard d'une part et à Cordélia Berthiaume, domiciliée en cette paroisse fille majeure de Clement Berthiaume et de Exilda Peltier, de la ville de new york, d'autre part; ne s'étant découvert aucun empêchement, nous, prêtre soussigné, vicaire paroissiale avons reçu Leur mutuel consentement de mariage et leur avons donné la bénédiction nuptiale en présence de Alfred Marchand journaliste et de Wilfrid Jean Wilson, cousin de l'épouse qui, ainsi que les époux, ont signé avec nous. Lecture faite.


  3. Sépulture de Cordélia Berthiaume au cimetière Notre Dame des Neiges de Montréal (24 avril 1919)



    Le vingt quatre Avril mil neuf cent dix-neuf, nous, Prêtre soussigné, avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Cordélia Berthiaume épouse de Jean Antoine Stanislas Bruno Wilson journaliste décédée le vingt un du mois courant âgée de cinquante ans six mois de la paroisse de Saint Jacques.


  4. Mariage de Jean Antoine Stanislas Bruno Wilson et de Maud Elisabeth Ashcroft en la paroisse Saint Stanislas Koska de Montréal (16 octobre 1919)



    Le seize Octobre mil neuf cent dix neuf, la dispense des trois bans ayant été accordée à Joseph Antoine Stanislas Bruno Wilson, journaliste de la paroisse St Jacques, veuf majeur de Cordelia Berthiaume d'une part et à Maud Elisabeth Ashcroft, de cette paroisse, veuve majeure de Jean François Eugène Carle, d'autre part; et ne s'étant découvert aucun empêchement au mariage, nous, prêtre soussigné, vicaire de cette paroisse, après nous être assuré de leur liberté à contracter mariage, avons reçu leur mutuel consentement et leur avons donné la bénédiction de la Ste Eglise en présence de Lambert de Rooke, témoin de l'époux et de Joseph Alphonse Carle, témoin de l'épouse, lesquels ainsi que les époux ont signé avec nous. Lecture faite.


  5. Sépulture de Maud Elizabeth Ashcroft au cimetière de Saint Raphaël de l'Île Bizard (26 décembre 1930)



    Le vingt-six décembre mil neuf cent trente nous, prêtre soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Maud Elizabeth Ashcroft, décédée le vint-deux dernier, âgée de cinquante ans, épouse de Bruno Wilson, de Montréal. Etaient présents Bruno Wilson, Avila Wilson et Edmund Ashcroft, soussignés. Lecture faite.



M. Bruno Wilson décédé à 84 ans

Une figure bien connue dans le journalisme vient de disparaître dans la personne de M. Bruno Wilson, rédacteur à la "Presse" à sa retraite depuis quelques années, décédé mardi, en son domicile, 8710, rue Basile-Routhier, à l'âge de 84 ans.

Il avait été activement mêlé à la vie journalistique pendant plus d'un demi-siècle et quelque temps avant sa mise à la retraite, il avait été le héros d'une belle fête de la part de ses confrères qui avaient tenu à lui témoigner leur estime et leur affection à l'occasion de ce cinquantenaire.

Né à l'Ile Bizard, le 10 décembre 1867, du mariage de M. Antoine-Stanislas Wilson et d'Odile-Adéline Saint-Pierre, le défunt avait fait ses études au séminaire de Sainte-Thérèse et à l'Université Laval de Montréal. Il était entré, en 1895, au journal "Le Monde" dont il avait été chef des nouvelles, puis était venu à la "Presse" un an plus tard.

A LA "PATRIE"

Chef des nouvelles à la "Patrie" de 1897 à 1900, il avait été par la suite successivement rédacteur en chef de "L'Etoile", de Lowell, Mass. puis de "L'Opinion Publique", de Worcester, Mass., il était revenu à la "Presse" en 1909.

A LA "PRESSE" de 1917 à 1947.

De 1911 à 1913, il avait été secrétaire de l'Union expérimentale de la province de Québec, avec le R. F. Ligori, O.C.R., à la Trappe d'Oka, puis avait été à l'édition hebdomadaire de la "Patrie" de 1913 à 1917, alors qu'il avait été nommé en charge de l'édition hebdomadaire et de la chronique agricole à la "Presse", poste qu'il avait occupé jusqu'en avril 1947. De 1918 à 1920, il avait pour le compte de la "Presse" visité plusieurs villes et villages du Canada et des Etats-Unis, en vue de la rédaction d'une série d'articles sur l'évolution et les progrès de la race canadienne-française en Amérique.

M. Wilson avait épousé, en premières noces Cordélie Berthiaume et, en seconde noces, Maud Aushcroft. Son frère, l'hon. juge Charles Avila Wilson, de la Cour supérieure, l'avait précédé dans la tombe il y a quelques années. Il laisse sa fille et son gendre M. et Mme Guy Wilson (Madeleine), ses petits-fils: Guy et Pierre Wilson; son beau-frère: M. Wilfrid Boileau, de l'Ile Bizard, ainsi que plusieurs neveux et nièces.

La dépouille mortelle est exposée à 479, boulevard Crémazie est; les funérailles auront lieu vendredi matin, à 9 heures, en l'église Saint-Alphonse d'Youville. L'inhumation se fera au cimetière de l'Ile Bizard où un libéra sera chanté à 11 heures, en l'église paroissiale.

La Patrie, jeudi le 22 février 1951.





Monument au cimetière à la mémoire de Maud-Elisabeth Ashcroft, Bruno Wilson, Madeleine Couture et Guy U. Wilson



A LA MEMOIRE DE
MAUD-ELIZABETH ASHCROFT
EPOUSE DE BRUNO WILSON
NEE A BOLTON ANGLETERRE EN 1880
ET DECEDEE A MONTREAL EN 1930
1867 BRUNO WILSON 1951
1916 MADELEINE COUTURE 1980
EPOUSE DE
1912 GUY U. WILSON 1981
B. WILSON
Photo de Raymond Aubry (25 septembre 2006) fournie par Éliane Labastrou (19 novembre 2011)
Guy Wilson est le fils de J. B. Dolphie (Adolphus) Wilson et de Léa Desjardins; Madeleine Couture était la fille de Armand Couture et de Fabiola Reinhart; ils s'étaient mariés à la cathédrale de Montréal le 2 septembre 1940.



Recensement de 1901 au comté de la Cité de Montréal (177), Quartier Saint-Louis (B-5), page 3



Wilson Bruno Masculin Chef Marié Dec 9 1867 33 ans
Wilson CordéliaFémininÉpouse Mariée Oct 23 1868 32 ans



[Cette famille n'est pas présente au recensement de 1911.]




Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 12143942 fois
depuis le 9 mai 2004