Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Transcriptions d'articles de La Patrie

Extraits de La Patrie
mentionnant Henri Césaire Saint-Pierre
pour l'année 1896
placés par ordre chronologique
_______




  1. Au palmarès des avocats

    vendredi 3 janvier 1896, page 3

    LES AVOCATS
    Et le nombre de causes
    Tableau des procès de 1895

    M. J. Cartier vient de publier son tableau annuel de 1895 du nombre de causes intentées et de comparutions produites en Cour Supérieure, district de Montréal. Ce relevé comprend aussi les causes en Révision et en Appel.

    Il est à remarquer que notre peu d'espace ne nous permet pas de donner le résultat des bureaux d'avocats qui ont eu 75 causes ou moins.

    De plus il faut aussi prendre note, pour donner à chacun son mérite, que plus il y a d'associés dans un bureau, plus le nombre des causes doit être élevé.

    1. Greenshields & Greenshields.................. 345
    2. Beaudouin, Cardinal Loranger & St Germain.... 340
    3. Bisaillon, Brosseau & Lajoie................. 260
    4. Hall, Cross, Brown & Sharpe.................. 248
    ........
    12. St-Pierre, Pélissier & Wilson............... 178
    ........
  2. Son neveu Charles Avila Wilson

    mercredi 8 janvier 1896, page 4

    DE RETOUR

    M. Charles Avila Wilson, avocat, de la société St Pierre, Pélissier et Wilson, est de retour à Montréal, après quelques mois de repos dans sa famille pour cause de santé.

  3. Avocat d'Antoine Moreau

    jeudi 19 mars 1896, page 4

    COUR CRIMINELLE
    Antoine Moreau acquitté

    Antoine Moreau, accusé d'obtention d'argent sous de faux prétextes, a subi son procès hier après-midi et a été honorablement acquitté.

    M. H. C St Pierre défendait l'accusé.

    ...

  4. Avocat de Mulligan

    1. lundi 23 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Ce procès des ex-conducteurs de la Cie du Grand-Tronc

      Ce matin, la cour d'assises, s'est ouverte à dix heures et demie, sous la présidence du juge Wurtele.

      On a commencé le procès des ex-conducteurs du Grand Tronc, arrêtés il y a un an, sous l'accusation d'avoir fraudé la compagnie.

      Les accusés Mulligan, Dumphries et Tanbly entrent dans la boîte des prisonniers et protestent de leur innocence. Ils sont défendus par MM. St Pierre, Hogle et Landry.

      La cause se continue.

      ...

    2. mardi 24 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs de la Cie du Grand-Tronc

      Hier après-midi, à la séance de la cour criminelle, on a continué le procès des ex-conducteurs du Grand-Tronc.

      MM. St-Pierre et MacMaster ont demandé au tribunal de faire entendre comme témoin, M. Stevenson, ex-surintendant du Grand-Tronc, actuellement à Atlanta City.

      Le juge Wurtele a répondu qu'il y verrait.

      Le grand connétable Bissonnette a ensuite donné son témoignage.

      Ce matin, on a continué la cause et le principal témoin a été John Fraser, qui était à l'empploi de la compagnie comme spotter.

      Ce témoin a été longuement questionné par M. MacMaster, un des avocats des accusés, et a dû subir un interrogatoire sévère de la part de la défense.

      La cause se continue

    3. mercredi 25 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs de la Cie du Grand-Tronc se continue

      Ce matin, la séance de la Cour Criminelle s'est ouverte à dix heures, sous la présidence de M. le juge Wurtele.

      Après avoir fait l'appel des petits jurés, on a continué le proccès des ex-conducteurs de la Cie du Grand Tronc, et le témoin qui a été entendu, est le détective Brown de Toronto.

      Commr les autres témoins, il a été transquestionné sévèrement par M. MacMaster, un des avocats de la défense.

      On ne croit pas que ce procès se termine avant la fin de la semaine.

    4. jeudi 26 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs de la Cie du Grand-Tronc

      A la séance d'hier après-midi, on a continué le procès des ex-conducteurs du Grand Tronc. Le détective Wallace, à l'emploi de la compagnie, a expliqué aux jurés comment il avait obtenu des billets de passage de Montréal à Toronto à prix réduit des accusés eux-mêmes.

      M. James Snodgrass, le chef du département des passagers, reconnaît les marques faites sur les billets par les accusés.

      A cinq heures, la cour s'est ajournée.

      Ce matin, la cour criminelle s'est ouverte à dix heures et demie, sous la présidence du juge Wurtele et les procès des ex-détectives se conntinue toujours.

      Comme la PATRIE le disait hier, ce procès ne se terminera pas avant la fin de la semaine.

    5. vendredi 27 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs du Grand-Tronc tire à sa fin
      ...
      Hier après-midi, on a continué le procès des ex conducteurs du Grand Tronc, et le premier témoin de la défense a été M John A. Grose, détective privé qui dit qu'il connaît les prisonniers pour des personnes honnêtes. Il a été déjà employé par la compagnie du Grand Tronc comme agent de billets.

      Le témoin explique comment les billets se vendent sur les trains.

      Le Rev. John McKillican entre ensuite dans la boîte et dit qu'il connaît Milligan, un des accusés, pour un homme respectable et ajoute qu'il a toujours joui d'une très bonne réputation.

      M. James H. Elliott est le témoin suivant et raconte qu'il a été conducteur entre Toronto et Kingston en 1894, pour expliquer comment est la conduite d'un conducteur sur un train de voyageurs.

      ___________

      Ce matin, la séance de la cour criminelle s'est ouverte à dix heures et demie sous la présidence de M. le juge Wurtele.

      Après les cérémonies d'usage, M. Rollo est appelé pour donner son témoignage. Le témoin est le premier commis pour le département du traffic de la Cie du Grand-Tronc, à la gare Bonaventure.

      Le procès se continue.

      ...

    6. samedi 28 mars 1896, page 8

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs du Grand-Tronc
      Eloquentes adresses des avocats aux jurés

      Hier après-midi, la séance de la cour criminelle s'est ouverte à deux heures, sous la présidence de M. le juge Wurtele.

      M. Donald MacMaster, un des avocats de la défense, a prononcé l'adresse aux jurés très éloquemment et a parlé pendant près de deux heures et demie. Il a passé en revue les différents témoignages de la poursuite, de mains de maître, puis il termine en disant qu'il n'y avait aucune preuve conttre les prisonniers qui ont subi un procès pour conspiration.

      Dans un habile discours, M. H. C. St Pierre, également pour la défense, a succédé à son confrère et a disséqué tous les témoignages donné durant de procès.

      A cinq heures la cour s'est ajournée.

      MM. Brown, Fraser et Wallace, les principaux témoins de la Couronne, ont reçu ordre que leur présence n'était plus requise à la cour.

      Ce matin, à l'ouverture de la Cour Criminelle, M. H. C. St Pierre a continué son adresse aux jurés.

      On s'attend à un verdict cette après midi.

    7. lundi 30 mars 1896, page 4

      AUX ASSISES
      Le procès des ex-conducteurs du Grand-Tronc acquittés
      ...

      ...

      Samedi après-midi, à cinq heures et demie, les jurés dans la cause des trois conducteurs du Grand Tronc, ont rendu, un verdict de non-coupable, et, en conséquence, les trois accusés ont été remis en liberté.

      ...

  5. Félicitant le nouveau juge Ouimet

    mercredi 3 juin 1896, page 4

    COUR CRIMINELLE
    ...
    La commission du juge Ouimet

    ...

    Ce matin, à l'ouverture de la Cour Criminelle, les juges Ouimet et Wurtule étaient aux côtés du juge en chef Lacoste.

    Après avoir fait l'appel des petits jurés, M. le greffier Sicotte s'est levé et a lu la commission nommant M. Ouimet juge.

    Après la lecture de la commission, M. H C St-Pierre se leva et prononça un joli discours, au cours duquel il dit: "Comme étant le plus ancien conseiller de la reine, je crois qu'il est de mon devoir de souhaiter la bienvenue, au nom du Barreau de Montréal, au savant juge dont on vient de lire la commission.

    A titre de conseiller de la reine, je puis en ajouter à un autre titre qui me donne le droit, j'allais dire qu'il m'impose le devoir d'offrir mes félicitations au savant juge, je veux parler de mon titre d'ancien compagnon d'armes.

    Pendant plus de dix années, honorable juge, vous avez rempli ici les fonctions de représentant du ministère public. Dans bien des causes, j'ai été appelé à comparaître pour des accusés que vos fonctions vous obligeait de poursuivre.

    De ces luttes pacifiques, il est vrai, mais ardentes et glorieuses, est surgi cette vieille amitié dont je me fais gloire.

    Cela vous a valu d'entrer dans une autre carrière plus mouvementée et qui entraine elle aussi de graves responsabilités, mais qui ne peut jamais être aussi chère à l'avocat, que celle qui a déterminé le choix de sa vie et qui lui a fourni le champ de ses premiers combats et l'occasion de ses premiers triomphes. "On retourne toujours à ses anciennes amours", dit le proverbe.

    Aussi ne suis-je nullement étonné après une absence de 10 ou 15 ans de vous retrouver au milieu de nous. Le siège que vous allez occuper est plus élevé que celui que vous avez occupé jadis.

    Au reste, vous aurez pour vous servir de guide, la carrière du magistrat distingué qui vient de prendre sa retraite et qui n'a laissé ici que de bons et nobles souvenirs.

    Au nom du barreau, laissez-moi vous le dire, au nom de celui qui fut votre ancien adversaire, votre ancien campagnon d'armée, je vous offre la bienvenue en même temps que les félicitations auxquelles vous avez droit."

  6. Avocat de Rosario Bourdon

    1. mardi 9 juin 1896, page 6

      L'AFFAIRE BOURDON
      L'enquête préliminaire remise à huit jours

      Ce matin, devait commencer l'enquête préliminaire dans l'affaire Rosario Bourdon, mais vu que M. St Pierre n'était pas prêt pour la défense, l'interrogatoire des témoins a été remis à huit jours.

    2. mardi 7 juillet 1896, page 4

      ROSARIO BOURDON
      Condamné à trois mois de prison
      Il avait l'intention de remettre l'argent qu'il avait pris

      Ce matin, Rosario Bourdon, l'ex-trésorier de la Cie de navigation Richelieu & Ontario, a été traduit devant les sessions spéciales pour subir son procès. Le prévenu était très pâle et nerveux quand il a fait son entrée dans la salle d'audience et il était accompagné de son avocat, M. H. C. St-Pierre. Le greffier lui a demandé s'il s'avouait coupable ou non-coupable et le prévenu a répondu qu'il se déclarait coupable à l'accusation portée contre lui.

      Son avocat s'est levé et a fait remarquer au président du tribunal que son client se dit coupable de vol temporaire seulement, car il n'a jamais voulu voler la compagnie, car il avait l'intention de remettre l'argent qu'il a pris, ce qui semble le justifier. M. E. N. St Jean, l'avocat de la compagnie, s'est levé et a laissé savoir au tribunal que la partie poursuivante ne voulait pas que Bourdon soit puni trop sévèrement.

      M. le juge Dugas qui présidait le tribunal a tout pris en considération et a condamné le prévenu à trois mois de prison.

      Il faut ajouter que des requêtes recommandant Bourdon à la clémence de la cour, ont été envoyées par les échevins de Longueuil, le maire Smith, la compagnie Richelieu et Ontario, ainsi qu'un grand nombre d'autres personnes influentes.

      Bourdon a été conduit vers midi, à la prison dans un fiacre accompagné de deux gardiens. Cette après-midi, il a été installé dans le bureau de la géole, où il s'occupera de la tenue des livres.

  7. Avocat de l'Armée du Salut

    lundi 15 juin 1896, page 6

    ...

    ...

    A deux, cette après-midi, on a commencé à entendre la cause en appelle de l'Armée du Salut.

    M. H. C. St-Pierre occupe pour l'Armée.

  8. Au banquet Madore, élu député libéral pour Hochelaga

    mercredi 5 août 1896, page 4

    H. C. St-Pierre sur la liste des convives.

  9. À une réunion du barreau

    mercredi 26 août 1896, page 4

    UNE ASSOCIATION DU BARREAU
    Importante réunion des avocats ce matin
    Le projet rencontre beaucoup d'approbation

    Ce matin a eu lieu une assemblée du Barreau de Montréal pour considérer le projet de M. J. T. Balmer, délégué de la Nouvelle-Ecosse, au sujet d'une association du barreau canadien.

    L'assemblée a eu lieu sous la présidence du bâtonnier, l'hon. J. E. Robidoux.

    Etaient présents: MM. A D McCord, P B Laviolette, H Pelletier, G A Marsan, A D Lighthall, M Charpentier, R Dandurand, L P Morin, J T MacLennan, J B Archambeault, G G Foster, C Radier, L P Bérard, D A Lafortune, J C Walsh, R S Weir, Goldstein, H C St Pierre, Duclos, L E Bernard, C B Carter, P S Lect, R D McGibbon, John S Hall, H Abbott, R S Smith, E Lafontaine, D R Murphy, R L Meercheson, James Crankshaw, A E Beckett, F X Choquette, A Brown, John W White, E H Godin, R O Ooushtred, P Beullac, R de Lorimier, M Moreau, F L Mackie, J D Cameron, P A Buckanan, E Surveyer, Markey et E Guerin.

    M. le bâtonnier, après avoir exposé le but de l'assemblée, présenta M. J. P. Bulmer qui fit part de l'origine de cette association et du bien qu'elle produirait.

    M. Bulmer démontre l'objet de cette nouvelle association et en fait voir les avantages.

    Il félicite le Barreau de Québec sur l'accueuil qu'on vient de faire au projet qu'il vient soumettre.

    Une association du barreau canadien serait évidemment de nature à relever le niveau de la profession d'avocat au Canada.

    Par ce moyen, on obtiendrait avant longtemps l'uniformité dans la procédure, ce qui serait d'une grande utilité dans les relations quotidiennes des divers membres du Barreau qui demeurent dans des provinces étrangères.

    MM. D. R. McLoed, J. S. Hall et R. D. McGibbon, expriment leur adhésion au projet et firent suivre leurs discours de judicieuses remarques.

    M. Eugène Lafontaine se prononça fortement en faveur de la création d'une association du barreau canadien.

    Entr'autres choses, il déclara que cette nouvelle association pourrait beaucoup contribuer à favoriser directement la nationalité canadienne.

    "Nous sommes une colonie, a dit l'orateur, mais nous ne pouvons pas rester éternellement de même."

    M. S. P. Leet a aussi prononcé quelques paroles appropriées sur le sujet.

    La résolution suivante proposée par l'hon. J. S. Hall et R. D. McGibbon et appuyée par E. Lafontaine, C B Carter, L P Choquette, Harry Abbott, H C St Pierre, Jas Crankshaw, a été adoptée à l'unanimité:

    "Que les membres du Barreau de Montréal approuvent cordialement le projet de former au Canada une association générale du Barreau et qu'ils autorisent le conseil de ce district à coopérer dans ce sens avec les délégués des barreaux des autres provinces."

  10. Son neveu Charles Avila Wilson

    1. lundi 31 août 1896, page 2

      TRIBUNE LIBRE

      Lettre de Aimé Tison en réponse à celle de Charles Avila Wilson, avocat, à Edmond Hardy, directeur de Musique, Montréal.

    2. samedi 5 septembre 1896, page 7

      TRIBUNE LIBRE

      Lettre de Aimé Tison, à Edmond Hardy, directeur de Musique, Montréal.

  11. Au banquet pour Lord Russel, juge en chef d'Angleterre; au St James Club

    vendredi 4 septembre 1896, page 4

    H. C. St-Pierre sur la liste des convives.

  12. Avocat dans une cause d'incendiat

    1. jeudi 24 septembre 1896, page 4

      COUR CRIMINELLE
      ...

      ...

      Ce matin, la cour criminelle s'est ouverte à dix heures sous la présidence de M. le juge Ouimet et on a commencé le procès de Isaac Davis.

      A l'ouverture de la cour M. St Pierre a demandé au tribunal de faire subir un nouveau procès à son client accusé du crime d'incendiat et la demande a été accordée.

    2. lundi 28 septembre 1896, page 4

      COUR CRIMINELLE
      ...

      ...

      Ce matin, la cour s'est ouverte à dix heures sous la présidence du juge Wurtele et après avoir fait l'appel des jurés, M. H. C. St Pierre s'est levé et a fait application pour que le procès de son client Davis, accusé du crime d'incendiat ait lieu de nouveau demain. On se rappelle que le prévenu fut acquitté parce que M. J. L. Archambeault avait déclaré un "non prosequi" et avait par conséquent abandonné la cause. Mais M. St Pierre n'est pas satisfait et veut que Davis soit acquitté par les jurés.

      La décision sera rendue demain.

    3. mardi 29 septembre 1896, page 4

      ...

      ...

      M. St Pierre qui avait fait une motion pour que Davis accusé du crime d'incendie subisse son procès, se lève et commence son argumentation.

  13. Avocat dans une cause de taxes

    jeudi 24 septembre 1896, page 4

    ULTRA VIRES
    Les Chinois demanderont un "certiorari"
    La municipalité avait-elle le droit d'adopter ces règlements

    On se rappelle que ces jours derniers une cinquantaine de Chinois furent condamnés par le Recorder à payer une amende de $50 pour ne pas avoir payé leurs taxes de buanderie.

    M. H. C. St-Pierre, avocat, va bientôt demander l'émission d'un bref de certiorari poour annuler ce jugement.

    M. St-Pierre prétend que la municipalité n'avait pas le droit d'adopter ces règlements et que cela relevait du gouvernement fédéral.

  14. Annonce de la mort de sa mère

    jeudi 24 septembre 1896, page 4

    MORT D'UNE NONAGENAIRE

    Madame veuve Domithilde Denis, épouse de feu Joseph St Pierre et de feu John Wilson en secondes noces, est décédée hier à Plantagenet, à l'âge de 89 ans.

    Mme Denis a vu quatre générations. Elle était la mère de M. H. C. St Pierre, avocat et la grand-mère de notre confrère de la Presse, M. Bruno Wilson.

  15. Avocat de Abraham Chachat

    mardi 29 septembre 1896, page 4

    ...

    ...

    Abraham Chachat, accusé de vol est appelé. M. St Pierre se lève et commence par dire que la colonie Syrienne venait trop souvent devant les tribunaux, puis il dit que son client a été victime d'une conspiration et demande que la condamnation soit suspendue.

    M. le juge Ouimet répond que les prétendues dissensions entre Syriens n'ont rien à faire avec la sentence qu'il doit rendre. Je condamne donc, a t-il dit, le prévenu d'après les circonstances et vu son jeune âge, à être libéré sur un cautionnement personnel de $200 et sentence suspendue.

  16. Promoteur de la Comédie Française

    Pour son rôle dans l'instauration de la "Comédie Française", pressez ICI

  17. Avocat de Tarte contre Grenier

    Pour la cause de Tarte contre Grenier, pressez ICI

  18. Nouveau membre de la Société des Antiquaires

    mercredi 21 octobre 1896, page 2

    CHATEAU DE RAMEZAY
    Réunion à la Société des Antiquaires

    Hier soir, a eu lieu, au château de Ramezay, une assemblée des membres de la Société Numismatique. Les messieurs dont les noms suivent ont été reçus membres de la Société:

    Sir Donald Smith, les honorables juges A. Lacoste, Wurtele, J A Ouimet, Jetté, l'hon. Horace Archambault; MM. J E Robidoux, J N Emard, T Brosseau, Eugène Godin, H B Rainville, J A Franchère, H A A Brault, P G Martineau, S Beaudin, H C St-Pierre, J M Valais, Phil. Demers, A E de Lorimier, Philippe Roy, Eugène Lafontaine, Honoré Gervais, A E Poirier, Dr E J C Kennedy, J E Adrien, Thomas Henry, J H M Hart, J B McLean, Joseph Venne et A E Balete.

    Le secrétaire a donné lecture d'une lettre de sir Donald Smith, exprimant beaucoup d'intérêt aux travaux de la Société.

    Celle-ci a reçu hier matin, 201 volumes parfaitement choisis et de grande valeur, à titre de don gratuit pour la bibliotghèque du château Ramezay, par son Excellence, M. le Ministre de l'Instruction Publique de France, après des démarches faites par un des membres de la Société, M. le vicomte de la Barthe, et par l'intermédiaire de M. Kleezkowski, consul général de France, qui, lors de son dernier séjour en France, a eu la satisfaction d'amener l'heureux résultat pour la demande qui avait été faite.

    A la réunion des membres d'hier soir les membres de la Société ont adopté à l'unanimité une résolution de remerciements au ministre de l'Instruction Publique pour le don gracieux qu'il a bien voulu faire. Des remerciements ont aussi été votés à M.le consul général de France et à M. le vicomte de la Barthe, pour les démarches qu'ils ont faites à ce sujet.

    Un grand nombre de dons ont été faits au musée du château qui s'enrichit chaque jour d'objets et de documents relatifs à l'histoire de notre pays. Parmi les dons faits récemment on remarque entre autres un tuyeau à l'eau, en cèdre, trouvé dans la rue St Antoine, don de M. Lighball; 5 volumes de grande valeur donnés par M. Harwood; la "Gazette de Sherbrooke" contenant une liste de signataires d'un manifeste annexionniste donné par M S P Leet; un volume de bibliographie canadienne, par M S E Gagnon, de Québec; seize documents de la seigneurie de Ste Anne de la Pérade, etc.

    Il a été décidé de nommer des comités qui seront chargés du soin du musée, de la bibliothèque, de l'organisation des conférences publiques qui auront lieu une fois par mois dans la grande salle des réceptions. La première de ces conférences aura lieu le 30 novembre prochain.

  19. Chanteur au Gésu

    samedi 31 octobre 1896, page 8

    LA TOUSSAINT
    Au Gésu

    Entrée: Marche Nuptiale, Mendelsohn; Messe: Kyrie et Gloria, de Kalliwoda; Credo, 13e messe, Nicou-Choron; Offertoire: Fulgebunt justi, Th. Dubois; Sanctus, Niedermeyer; Benedictus, E. Silas; Agnus Dei, Niedermeyer.

    Au Salut, à 8 hrs p.m. - Sanctus, Niedermeyer; Benedictus, E. Silas; quatuor: A. Comptois, R. Masson, A. J. Pinsonneault et H. C. St Pierre, C.R.; Ave Maria de Th. Dubois, solo, A. Comptois; Tantum Ergo, Mendelsohn; Sorie, Marche des prêtres, Mendelsohn.

    Solistes: ténors, A Comptois, R Masson, G. Comte, Chs Charbonneau; barytons, J.A. Lavoie, A. J. Pinsonneault; basses, H. C. St Pierre, C. R., J. Clément. Orchestre complet.

    Directeur: Alex. Clerk.

    Organiste: Dominique Ducharme.

  20. Chanteur à Saint Louis de France

    jeudi 24 décembre 1896, page 7

    NOËL
    A ST-LOUIS DE FRANCE

    Messe de minuet: Noël d'Adam, solo, choeur et orchestre, soliste, M H. A. Cholette; messe de Noël de Fauconnier; Epitre, Adeste Fideles (violoncelle et orgue; Offertoire, Oratorio de Noël de St Saëns; messe basse, Jésus de Nazareth de Gounod, soliste, M. J. A. Brossard; Vieux Noëls, (choeur et orgue.

    Messe de Noël de Fauconnier; Offertoire, 3e Noël de Reysschoot, solo, choeur et orchestre, soliste M. H. A. Cholette; Sortie, Marche nuptiale de Mendelssohn par l'orgue et orchestre.

    Vêpres: Magnificat de Mozart, Sanctus de Fauconnier, Oratorio de Noël de St Saëns, Alma Redemptoris Mater de Homney, solo de basse par M. H. C. St Pierre; Tantum ergo de Rossini. Solistes: Ténors, MM. Cholette, Laflamme, Alt. Labelle,Lapierre, Wayland,; barytons, MM. Giguère et Brossard; basse, L. Trudeau; soprano, S. Perreault.

    Organiste, M. R. Peltier; maître de chapelle, M. Chs Labelle.






Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11246824 fois
depuis le 9 mai 2004