Mes racines / my roots

Henri Césaire Saint-Pierre


Adéline Albina Lesieur


Napoléon Mallette


Louis Émery Beaulieu


Guillaume Saint-Pierre


Joseph Bélanger


Geneviève Saint-Pierre


Jeanne Beaulieu Casgrain


Jean Casgrain


Simone Aubry Beaulieu


Marcel Malépart


Jaque Masson


Édouard Trudeau


Rolland Labrosse


Jacques Cousineau



Recherche
de
"Mes racines"

sur
JacquesBeaulieu.Ca


Retour
à la page
initiale

de
JacquesBeaulieu.Ca
Entrées pour 1928 dans ses agenda , album,

Entrées dans son agenda, journal intime datant de 1928




  • Description de l'agenda en question: dimensions: 5" par 4"; couverture damiers rouge, noire et or avec fermeture; écrit à la plume, encre violette couvrant les années 1924 à 1928

  • Description d'un album de couverture noire rigide de 9 1/4 " par 7" de 2" d'épaisseur comprenant un grand nombre de petits documents qui y sont collés et un texte écrit à la plume en caractères d'imprimerie par Jeanne Beaulieu

  • Description du journal en question: Carnet de couverture dure noire 3,5 po par 6 po, écrit à la plume, encre violette, couvrant la période du 14 juillet 1928 au 27 juillet 1928 (Voyage à La Malbaie)



Entrées dans son album:

Carte:
À ma chère Jeanne, je souhaite un joyeux Noël suivi d'un peu de tranquilité.
Ta sincère Yvette


Carte:
Clarence Kennedy


Carte:
À jeanne, avec mes meilleurs souhaits, d'Aimée.


Calendrier minuscule de 1928: Carte avec une bergère:
Maurice


Carnet de danse:
Extra Fox Trot: Maurice Beaudry; 1. Valse: Paul Monty; 2. Fox Trot: Jean Morin; 4. Fox Trot: Paul; 5. Valse: Maurice; 6. Fox Trot: Jean Desjardins; 7. Fox Trot: Bob Greene; 8. Fox Trot: Jean Chaput; SOUPER; Extra Fox Trot: Maurice; 10. Fox Trot: Guy Montpetit; 11 Fox Trot: Maurice; 12. Fox Trot: Paul Monty; 14. Fox Trot: Jean Senez


Découpure de Journal: photo d'une autre Mlle Jeanne Beaulieu
Une farce de Jean Décary!!!

L'année terrible... 1927 -

Des pleurs, du désespoir, puis une espèce de résurrection...

Des élans fous, de la joie, un enthousiasme sans mesure,...

Un monde nouveau de franchise, de confiance, de tendresse, de rêve...

Puis la grande vie extérieure: le théâtre, les bals, les diners, les thés dansants...

L'étrange succès de la femme qui se sentant aimée attire par son air de bonheur, par la sympathie avec laquelle elle regarde le monde -



Entrées dans son agenda:

Jan 1 Dim Diner chez grand-mère
Jan 3 Mar. Maurice & Pierre
Jan 4 Clarence Miller; Marguerite Beauchamp
Jan 5 Jeu. Les Cloches de Corneville avec Paul Mathieu
Jan 6 Déjeuner chez Marc Jarry avec Maurice; diner des Rois chez Aimée avec M.
Jan 7 Thé Paul Monty; Bal Beaugrand-Champagne refusé; Maurice: cinéma & danse chez Morgan
Jan 8 Dim. Thé Hamelin; Paul Monty
Jan 9 Lun. Aïda avec Paul Monty
Jan 10 Mar. Ben Hur avec Maurice
Jan 11 Mer. ALl. fr. avec Maurice
Jan 12 Jeu. Paul Gontheir refusé
Jan 13 Ven. Cercle littéraire; Dantes Belleau - musique; Paul Monty refusé
Jan 14 Sam. Thé Patricia Joseph; Albert Fleishman; Paul Monty & Maurice refusés
Jan 15 Dim. Maurice; souper chez Paulette
Jan 16 Lun. Berthe Brossard Letourneau refusée; Paul M. refusé
Jan 17 Mar. «Desert Song» avec P. Monty
Jan 18 Mer. Thé Marthe Hurtubise refusé
Jan 19 Jeu. Paul Gonthier refusé
Jan 21 Sam. Paulette
Jan 22 Dim. Thé M. E. Tarte; Paul Monty



Entrées dans son album:

Fairepart :
1903-1928
À l’occasion des noces d’argent
de
Monsieur et Madame L.E. Beaulieu
vous êtes cordialement invité
au Cercle Universitaire le dimanche
vingt-deux janvier à neuf heures
« Surprise-Party » R.S.V.P.


À Monsieur & Madame L. E. Beaulieu

Cadeau offert à l’occasion de leur vingt-cinquième anniversaire de mariage par un groupe d’amis :
Sir Lomer & Lady Gouin
Hon. Juge & Mme S. Letourneau
Hon. Juge & Mme P. Demers
Hon. Juge & Mme L. Coderre
Hon. Juge & Mme E. F. Surveyer
Monsieur E.L. Patenaude
Monsieur R. Monty
Monsieur J. L. Perron
Monsieur André Fauteux
Monsieur & Madame N. K. Laflamme
Juge & Mme J. B. Archambault
Juge & Mme G. Marin
Juge et Mme G. Désaulniers
Monsieur & Madame J. C. Lamothe
Monsieur & Madame F. Monette
Monsieur & Madame A. Forest
Monsieur & Madame P. Mercier
Monsieur & Madame W. A. Handfield
Monsieur & Madame L. C. Pelletier
Monsieur & Madame P. St Germain
Monsieur le Dr & Mme H. Lebel
Monsieur & Madame H. J. Gagné
Monsieur & Madame L. M. Gouin
Monsieur & Madame D. Desbois
Monsieur & Madame R. Genest
Monsieur & Madame E. Montpetit
Monsieur Aimé Cousineau
Madame M. Thibodeau
Monsieur & Madame R. Taschereau
Monsieur & Madame R. Bédard
Monsieur & Madame P. Rolland
Monsieur & Madame A. S. Deguire
Monsieur & Madame A. Beaudry
Monsieur & Madame E. Desmarais
Monsieur & Madame J. Beaudin
Monsieur & Madame M. Létourneau
Monsieur & Madame V. Lamarre
Monsieur & Madame R. Leroux
Monsieur & Madame A. Lamarre
Monsieur & Madame C. Drapeau
Monsieur & Madame A. Archambault
Monsieur & Madame J. Coublie
Monsieur & Madame F. X. Renaud
Monsieur & Madame V. Doré
Monsieur & Madame A Perrault
Monsieur & Madame J. C. Gagné
Monsieur & Madame V. Morin
Monsieur & Madame R. Labelle
Monsieur & Madame A. Brunet
Madame E. Archambault
Monsieur & Madame W. Lessard
Monsieur & Madame G. Léonard
Monsieur & Madame A. Duranleau
Monsieur & Madame W. Pauzé
Monsieur & Madame J. E. C. Daoût (corbeille de fleurs argent)
Monsieur & Madame G. Pelletier (chandeliers en argent)
Monsieur E. Tellier
Madame A. Fortier (corbeille de fleurs)
Monsieur & Madame A. Vallée (bonbonnière argent)
Monsieur le juge L. Loranger
Monsieur & Madame W. St Pierre
Monsieur & Madame E. Guimont
Monsieur & Madame L. Bélanger
Monsieur & Madame J. Hurtubise
Monsieur & Madame J. Rolland
Monsieur & Madame A. Rolland
Monsieur & Madame G. Lajoie
Monsieur le juge et Madame F. Rinfret
Monsieur & Madame Ch. Marchand
Monsieur & Madame G. Gonthier
Monsieur & Madame E. Charron



Entrées dans son agenda:

Jan 23 Lun. Bal Adèle Perrault avec Maurice
Jan 24 Mar. «L'amour-médecin» maman
Jan 25 Mer. cinéma: P. Monty
Jan 27 Ven. Cercle littéraire; bridge G. Renaud refusé; bridge P. Désy refusé
Jan 28 25e Anniversaire de mariage de papa & maman
Jan 29 Dim. Thé Boyer avec P. Monty
Jan 30 Lun. Aliette
Jan 31 Mar. Anita Brunelle refusée; P. Monty



Entrées dans son album:

Enveloppe contenant une carte
Carte contenue dans l'enveloppe:
Ma chère Jeanne,

À vos nombreux paquets permettez-moi d'ajouter cette boîte, elle vient d'un ami qui regrette beaucoup votre départ.

Paul
Mardi, le 31 janvier 1928.

Pour ajouter un charme de plus à mon séjour à Sainte-Adèle...

Des bonbons de Paul Monty - il n'y a pas à dire: c'est un chic type.



Entrées dans son agenda:

Feb 1 Diner avec Maurice; départ pour Ste Adèle avec Marcelle, Yvette, Aimée, Alice
Feb 2 Maurice - diner & souper chez Pierre - ski
Feb 4 Sam. J. Chevrier, Marthe P. à Ste Adèle; Paul Monty
Feb 5 Dim. Promenade en ski à Ste marguerite - Pierre - Thé Versailles refusé
Feb 8 Départ d'Yvette, Marthe & J.; arrivée de M. E. Tarte
Feb 10 Jeu. Thé dansant Jarry refusé
Feb 11 Sam. Souper avec Maurice chez Pierre - ski
Feb 12 Diner avec Maurice - ski - Pierre -
Feb 13 Lun. Départ de Marcelle
Feb 14 Mar. Thé Marcelle Brégent refusé
Feb 16 Jeu. Promenade à Val Morin en voiture; Marg. Germain
Feb 17 Ven. Départ de M. E. Tarte; visite de papeterie Rolland
Feb 18 Sam. Visite de Marg. Germain à souper; Pierre
Feb 19 Dim. Souper chez Marg. Germain; visite à Marg. Beaudry avec Aimée
Feb 22 Mer. Retour à Montréal avec Aimée; Maurice
Feb 23 Jeu. Conférence J. Bruchési suivie de soirée chez Germaine
Feb 24 Ven. Maurice - ciné
Feb 25 Sam. Danse chez Alice
Feb 26 Dim. Causerie «Chopin» pr ass. prof. des employées bureau; souper avec Germaine



Entrées dans son album:

Découpure de journal:
Association professionnelle des employés de bureau

Dimanche prochain, le 26 février, L'A.P.E.B. tiendra une réunion au siège social de la Fédération Nationale, 443 rue Sherbrooke est, à 4 heures précises.

Le programme comprend, outre les questions de régie interne, une causerie de Mlle Jeanne Beaulieu sur «Chopin», et un programme musical préparé pour la circonstance.

La direction compte sur une assistance nombreuse qui comprendra non seulement les membres de l'Association, mais aussi toutes les jeunes filles qui voudront s'y joindre.





Entrées dans son agenda:

Feb 27 Lun. Roger Biron
Feb 28 Mar. Départ de Béline Fl. pour l'Europe
Feb 29 Mer. Cercle littéraire
Mar 3 Sam. Maurice; Skating Extravaganza au Winter Club: Mad. Thibodeau
Mar 4 Dim. Thé Hélène Shute [?]; cinéma P. Monty
Mar 6 Mar. Concert Camille bernard avec Paul Monty
Mar 10 Sam. Fin de semaine à Ste Adèle
Mar 11 Dim. Thé J. Gagné refusé
Mar 13 Mar. Diner avec Maurice
Mar 14 Mer. Cercle littéraire
Mar 15 Thé G. Biron; Concert Ulysse Paquin avec P. Monty
Mer. 16 Ven. Fête de G. Christin: thé avec Maurice & Marc jarry
Mar 18 Cinéma avec Maurice; petit bridge ici
Mar 19 Lun. Dantis Bedeau: musique
Mar 20 Mar. Bridge & thé Bernier Laferrière refusé; shower de toile pour Y. Bélanger
Mar 21 Ven. Thé pr S. Lemieux chez Renée Duchastel; cercle
Mar 24 Sam. Bridge Yvette Paradis; Clarence Kennedy
Mar 25 Dim. Maurice
Mar 26 Lun. Concert avec Gilberte
Mar 28 Mer. cercle
Mar 30 Ven. Conférence par Mme L. M. Gouin avec Maurice
Apr 1 Dim. Maurice



Entrée dans son album:

Carte:

2 avril 1928

I can not return to be city on time for the show. I hope…




Entrées dans son agenda:

Apr 4 Mer. Ciné avec Dantès Belleau
Apr 5 Jeu Visites du Jeudi Saint avec Yvette & Aimée



Entrée dans son album:

Carte:

J’espère que vous aurez bientôt une journée assez belle pour l’étrenner.

Joyeuse Pâques Paulette ce 5 avril 1928


Carte couleur :
« With best Wishes for you at Easter »
avec la note autographe :
« Was about to send a card to Jean also when I had word from him. May write you further on this. »



Entrées dans son agenda:

Apr 6 Ven. D. Belleau
Apr 7 Sam. Paul Monty refusé pr thé au Mont-Royal; souper avec Maurice, Jean & Juliette ; «Peaches» théâtre


Lettre de son frère Jean datée du 3 avril:

State Hospital, Beacon, N.Y. le 3 avril 1928
Chère Jeanne,

Me voilà passablement éloigné de toi, mais la distance n'entraîne pas l'oubli. Je suis si bien ici que je ne puis pas oublier. L'épreuve me rend oublieux, mais jamais le bonheur. La santé se maintient, peut-être s'améliore. Je me promène beaucoup et jouit du grand air et de la paix des montagnes. Heureux ceux pour qui le bonheur est peu éloigné, car ils sont assurés de l'atteindre. Quant à moi il m'a fallu vingt-trois années pour en apercevoir la lueur, et goûter des douceurs qu'apporte l'espérance. Jeanne, j'espère que tu es heureuse comme je le suis depuis quelque temps. Je suis malade sans doute, mais mon moral a changé parce que le bonheur semble me sourire. Pour combien de temps, je l'ignore? Comem demain ne m'appartient pas, je m'occupe d'aujourd'hui. Jeanne, ce que je désireais c'est que nous puissions associer notre bonheur, mais j'ai peur que ce qui constitue ton bonheur ne va pas avec ce qui constitue le mien. Ces mots t'expliquent mon manque de sympathie et d'entente avec toi. Je garde le silence, et je conserve tout en moi-même, parce que je crois qu'il est très difficile que nous puissions concéder. Tu es trop convaincue que ce que tu fais est ce que tu dois faire pour faire des concessions. Je rêve de rendre la vie agréable et belle, du moins pour moi-même malgré ma maladie, et personne semble concourir vers ce but. Je fais de mon mieux au travers de mes inquiétudes terribles, et je constate que tous vous me traitez en étranger. Je dois donc m'y résigner, et me convaincre que je suis toujours dans le [?], puisque vous êtes tous si certains que vous en pouvez vous tromper.

Je te laisse en te souhaitant tout le bonheur possible

De ton frère Jean



Entrées dans son agenda:

Apr 8 Dim. Pâques Bridge chez G. Labelle; thé avec Paul Monty
Apr 9 Lun. Souper chez Roméo avec E. Legrand
Apr 10 Mer. Shower pr J. Brossard refusé; Concert Dubois avec Germain



Entrées dans son album:

Enveloppe datée du 10 avril 1928 avec la lettre suivante:
Ce mardi, 10 avril 1928
Mademoiselle,

Je n'ai pu, à mon grand regret, retrouver le volume que vous avez obligeamment prêté à ma soeur.

Comme je crains que ce ne soit pour vous une source de contrariété, je me permets de vous en faire tenir un autre exemplaire en attendant que j'aie reçu d'Europe les informations nécessaires pour retrouver celui auquel vous tenez.

Je ne puis vous demander de me retourner ce volume quand je vous aurai procuré celui que vous demandez. Je n'y tiens en aucune façon. Mais je vous demanderai de le détruire, car il n'est pas nécessaire que votre vue supporte un objet qui ne peut qu'exciter votre haine, et encourager la malveillance qui perce dans vos lignes les plus simples.

J'ai le regret de vous dire encore une fois que vous êtes seule la cause de l'état actuel de nos relations. Je me félicite que cette occasion m'ait permis de voir combien peut comptait pour vous mon estime, et qu'elle m'ait permis de me retirer de votre vue et de vos amis avant que je ne m'y sois rendu parfaitement insupportable et ridicule.

Croyez, Mademoiselle, à mes sentiments distingués

[signature indéchiffrable]


Feuillet (non daté comme ce qui suit) trouvé à la suite de la lettre précédente:
Les Mains
J'aime les mains abandonnées des jeunes filles
Les mains frêles, petits oiseaux apprivoisés,
Les mains qui tendrement se laissent caresser
Et qui comme la bouche aux baisers sont sensibles.

Leur douceur enfantine est si vite lassée
Que pour avoir déjà joué quelques instants
Avec l'ombrelle ou bien l'aiguille, au jour tombant,
Elles sont dans mes doigts seules et reposées.
Gants perdus, frais parfums, bagues et bracelets,
Délicate blancheur, veines bleues, ongles roses
Mains mignonnes, jouets fragiles, fleurs écloses,
Vous êtes mon trésor, mes rêves et mes secrets.

La lune va passer le long des coteaux gris,
Sais-tu rien de plus doux, ô mon amie qui tremble,
Que d'être là tous deux dans le parc assombri
Les yeux ravis, les coeurs mêlés, les mains ensemble!


Photo de la couverture d'un livre

Poème transcrit:
Mon âme de peine et de joie,
Celle qui s'élance ou qui ploie,
Toujours pleine de vifs accords,
Mon âme si proche du corps,
Mon âme grave ert fraternelle
Qui porte toute chose en elle,...
Mon âme d'ombre et de tourment
Et celle qui verse âprement
Le sang de la tendresse humaine,
Tandis que le désir vous mène
Sans repos sans paix et sans peur,
Dans la vie où pleurent les coeurs.
Allez par les rudes journées
Ô mes âmes désordonnées...
Contesse de Noailles


Entrées dans son agenda:

Apr 11 Concert Goulet avec Yvette
Apr 13 Ven. Thé Béatrice Letondal refusé; cercle -
Apr 14 sam. souper & Orpheum avec Maurice
Apr 15 Dim. Thé chez A. Mc Avoy Beaudouin
Apr 16 Lun. Mariage Solange Thibodeau
Apr 18 Mer. Alliance fr.
Apr 19 Jeu. Concert Ravel
Carte : Pour que vous pensiez à moi, dans le silence, quand vous fermerez « cette jolile boîte »! 21 avril 1928 Entrées dans son agenda:

Apr 22 Thé G. Bruchési; Mme Cousineau arrive d'Europe: Jacques
Apr 23 Lun. Théâtre avec Maurice
Apr 25 Mer. Départ pour Ottawa chez Marg. Gonthier
Apr 26 Jeu. (cercle refusé) Marcelle
Apr 27 Ven. (Thé & Shower pr Marie Mayrand chez J. Derome refusé cause Marg. Gonthier)
Apr 28 Sam. Thé avec John Graham; symphonie de Cleveland avec L. Rinfret
Apr 30 Lun. Diner chez Marcelle
May 1 Mar. Déjeuner par L. Rinfret au Country Club; bridge intime chez Marg. G.: John G. & Leslie
May 2 Mer. Bridge Marc Paradis; bridge Marg. Patenaude
May 3 Jeu. Couture L. Rinfret; H. Loranger souper
May 4 Ven. Bridge Mad. Ouimet refusé; thé Pauline Faribault refusé
May 5 Sam. Retour à Montréal. Diner & souper avec Maurice, Juliette & Jean; mariage de J. Brossard
May 6 Dim. Maurice
May 10 jeu. Thé G. Bruchési
May 12 Sam. Thé Paul Monty; cinéma Paul Gonthier
May 16 Mer. Thé pr G. Biron chez Alice Éthier refusé
May 17 Jeu. Maurice; départ de Maurice pr Ste Adèle
May 18 Ven. Mariage de Marie Mayrand; Cercle ici
May 19 Sam. Paul Monty: diner à Ste Anne; cinéma
May 21 Lun. Maurice; cinéma avec Germain
May 22 Diner, cinéma, promenade auto avec Maurice
May 23 Mer. Mariage de Marie Lafontaine
May 24 jeu. Tournoi remis; thé avec Paul Monty, Marcelle Paradis
May 25 Tournoi de tennis avec Paul Monty; Germain refusé; Maurice - Orpheum
May 26 Sam. John Graham: Wildflower
May 27 Dim. Tour de l'île en auto avec Marcelle Paradis
May 29 Mar. Shower pr Mad. Mercier refusé; Clarence K.
May 30 Mer. Cercle
May 31 Jeu. Thé Berthe Denis au Mont-Royal refusé; Maurice
Jun 1 Ven. Départ pr Ste Adèle; Maurice
Jun 2 Sam. Maurice
Jun 3 Dim. M.
Jun 4 Lun. Retour de Ste Adèle
Jun 7 Jeu. Shower pr G. Biron; souper chez Marg. Beaulieu Barbeau
Jun 8 Ven. Cercle
Jun 9 Sam. Mariage de Marcelle Mercier; diner, cinéma avec Pierre, Juliette, Jean, Maurice
Jun 10 Dim. Diner avec Maurice
Jun 16 Sam. Départ pr Ste Adèle avec Gilberte & TH.; Maurice
Jun 20 Mer. Pique-nique à la rivière du Mulet; Maurice; arrivée de P. R. J. & H.
Jun23 Sam. Arrivée de maman; Marc Jarry
Jun 24 Dim. Ste Agathe avec Pierre & Maurice
Jun 27 Mer. Visite de Paul Monty
Jun 28 Jeu. Départ de Maurice pour C. des Eaux Courantes
Jun 29 Ven. Conrad, Alice & Guy Hamilton à Ste Adèle Jun 30 Sam. Danse à la maison blanche avec eux
Jul 1 Dim. Visite de Jean Bruchési; Highland Inn avec Alice & Conrad
Jul 6 Ven. Lac Renaud avec Pierre & Paulette
Jul 8 Dim. Conrad, Alice, Berthe Geoffrion - promenade à Ste Agathe chez G. Rivest
Jul 9 Montréal
Jul 10 Mar. Montréal
Jul 12 Jeu. Promenade avec Pierre en auto
Jul 13 Ven. Montréal Lunch & diner avec Marc Jarry; courses & cinéma avec Marc Jarry
Jul 14 Sam. Montréal la Malbaie avec Marc Jarry; messe, déjeuner chez Child's, diner au Château Fr., souper au Château Murray; pension à Pointe à Pic


Entrées dans son journal:

Le 14 juillet 1928

Je pars aujourd'hui pour la Malbaie, avec Marc, en auto.

Hier, après avoir envisagé tous les inconvénients que présentait notre voyage, les qu'en dira-t-on auxquels nous nous exposions, j'avais l'impression que le 14 juillet était bien la date prédestinée pour une telle esclandre. Songez donc, un jeune homme & une jeune fille dont le total des âges n'égale pas 45 ans entreprendre seuls de faire 285 milles en un jour! Qu'il survienne une défectuosité dans le mécanisme de l'auto, et vite bien vite, nous sommes la proie de toutes les médisances car, que faire en une nuit, à moins que l'on ne ... ?

Les évènements, si l'on veut bien y regarder de près, sont vraiment les anneaux d'une chaîne indissoluble. Il y a 15 jrs, étant venue magasiner en ville, et n'ayant pu rejoindre Henri, j'avais prié Marc de m'aider à transporter mes innombrables colis. L'un d'eux oublié, par mégarde, me fut expédié par l'entremise d'un tiers: je crus bon de l'en remercier et je terminai ma lettre par ces mots: «Je compte partir pour la Malbaie le 14 ou le 16 juillet: pourquoi ne m'attendriez-vous pas? Forme de politesse toute pure tant l'idée seule d'un pareil projet me semblait invraisemblable quelques jours plus tard. Marc m'offrait une place dans sa voiture et papa me permettait d'accepter l'invitation «d'un ami d'enfance.»

C'était si merveilleux, que je n'osais croire à mon bonheur... voyons, depuis quand le hasard m'avait-il favorisée?

De fait, tout failli crouler. Au déjeuner, Marc me fit voir les obstacles que j'avais vus moi-même, l'imprudence que nous allions commettre. La sagesse était dans sa bouche, mais au bureau, papa parut très surpris de nos hésitations.

«Voyons, es-tu en amour avec lui? - Non!

- Lui, n'est-il pas amoureux de Line Leman? - Oui!

- Dans ce cas, votre voyage ne présente même pas l'ombre d'un supposition désobligeante... d'autant plus que je connais Marc!»

Comme si l'amour qu'un jeune homme portait à une jeune fille ne devait pas être la plus sûre garantie de son respect.

C'était si prodigieux ce double consentement que je décidai de relater mon voyage. L'extraordinaire devait en être la caractéristique.

Pierre dont la motocyclette était restée à la papeterie n'avait-il pas pris le train avec moi à Mont-Rolland et ne m'avait-il pas accompagnée jusqu'à St Jérôme?

Marc, je l'avais bien remarqué après cette journée passée ensemble! lunch, magasinage, diner, cinéma, me trouvait charmante et moi, je lui rendais bien le même compliment.

Il faisait beau, il faisait chaud: ce sera presque un enlèvement!

Ah! les voyages en imagination. Dans mon esprit, j'étais là à la Malbaie, les choses les plus flatteuses m'arrivaient, j'étais ravie... quand se leva le jour pluvieux entre tous... et je n'étais pas même partie!

Le 14 juillet - 5 hrs - Le téléphone sonne. C'est Marc - il fait encore noir. Je m'étais couchée à une heure, et la nuit précédente je n'avais dormi que six heures. Je comptais sur le soleil pour chasser ma fatigue et il pleuvait

- 6 heures - Marc arrive «Comme vous semblez fatiguée!» Maladresse...

Nous nous pressons - c'est l'anniversaire de la mort de Monsieur Jarry, il faut entendre la messe... Ah! que de bagages!

Nous partons - c'était gentil de nous voir tous deux communiant ensemble! Au Child's rue Ste catherine, nous impressionnons les gens par notre gaieté, notre jeunesse, l'heure matinale - les «finger bones», le Hopmobile sport model.

8 heures - coins des rues Ste Catherine & Bleury - nous traversons la ville -

Il pleut il pleut toujours - et il vente de plus belle et nous ne filons à une allure folle que pour arriver en chaque village au moment précis où l'orage commence avec une force toute neuve. Les éléments certes ne favorisaient guère la sentimentalité!...

45 - 50 - 55 milles à l'heure - et nous causons comme si nous allions à une vitesse moyenne. La pluie nous fouette le visage. Nous ajustons les toiles d'un côté, puis de l'autre - la pluie trouve encore moyen de nous tremper - un journal me protège les jambes - vogue la galère - 45 - 50 - 55 -

1 1/2 heure Québec - Le Château. Nous sommes défraîchis, froissés, fatigués. Grâce à l'obscurité momentanée (l'orage a brisé quelques fils électriques) notre entrée passe inaperçue. Nous mangeons comme des voleurs - puis devenus plus hardis nous déambulons à travers le château - j'écris un mot à maman.

3 heures. Nous partons. Il pleut toujours - La fatigue se fait sentir - le sommeil me gagne. Ste-Anne-de-Beaupré. «Arrêtons-nous à la Basilique?» - Je réponds affirmativement par scrupule bien qu'il m'en coûte de bouger - Nous faisons un bout de prière - Marc m'avoue qu'il s'endort lui-aussi - Alors sentant la graveté de la situation, nous rions, nous nous taquinons pour chasser le sommeil. Marc invoque la folie: elle viens à nous, j'en suis sûre, car pour monter comme pour descendre les côtes, et quelles côtes, nous n'allons jamais à moins de 45 - 50 milles - 55. Du brouillard, maintenant des routes détrempées, étroites, tortueuses, semées de sillons - nous ne ralentissons toujours pas.

La machine fait entendre un bruit curieux - un pare-brise s'est fendu, sans que nous sachions comment; est-ce le vent? J'ai peur, mais je n'ose le dire: quel progrès!! Du reste, je comprends qu'il ait hâte de voir finir ce voyage - le plus tôt sera tellement préférable. Ah! les 27 milles entre la baie St Paul et St-Tite-des-caps, comme nous nous en souviendrons longtemps!

6.45 hrs. La Malbaie - nous comprenons la joie du navigateur apercevant la terre. Je dis bonjour à Paul & Gabriel Gouin, je prends possession de ma chambre, j'enlève de ma valise ce qu'il y a de plus fragile et Marc m'entraîne au Château Murray. Il faut que ce soir même, tout le monde nous voie et sache qu'à 5.45 hrs, heure solaire, nous entrions à Cap-à-l'Aigle!!!

Line & Madeleine apparaisent éblouissantes comme toujours. À côté d'elles, je n'ai jamais éprouvé plus vivement l'impression de cousine pauvre. Elles sont très accueillantes sans aucune arrière-pensée. Marc est littéralement fou. Qu'est-ce donc qui l'énerve à ce point? La fatigue du voyage, le risque de notre situation, la vue de Line. Probablement, le tout ensemble. Il blague, blague, blague; notre voyage apparaît vraiment fantastique...

Line est engagée comme il l'avait pressenti (mais non espéré) mais avec qui?

J'ai beau me récrier, prétexer fatigue, désordre de tenue, une fois de plus, je cède, et avec Marc je vais au Manoir.

Il y a moins de toilette que je ne croyais. Les Leman sont en robes du soir, mais des tailleurs se sont glissés dans l'assemblée dansante. Nous critiquons celui-ci, celui-là. Marc continue de blaguer, mais Line n'apparaît pas... et moi je n'en puis plus.

Bonsoir Madeleine, Bonsoir Aimé Lafontaine! Bonsoir Marc!



Entrées dans son agenda:

Jul 15 Dim. Diner chez Sir Lomer Jul 16 Lun. Danse au Manoir

Entrées dans son journal:

Lundi le 16 juillet -

J'y suis arrivée d'une façon extraordinaire, mais vraiment depuis rien ne m'a bien émue. J'ai surtout rencontré des anglais et des américains et décidément le temps est passé pour moi de m'amuser de leurs petites drôleries et de leurs manières courtoises. Il leur faudrait quelque chose de plus consistant que je ne leur trouve pas.

J'ai fait la connaissance de Monsieur Moëller, un peintre, mais ses cheveux blancs m'intimident; de plus, il est assez peu sociable, bien qu'à table nous causons come de bons amis. Mais une causerie trois fois par jour, fût-elle intéressante ne me suffit pas. Je m'ennuie de Ste Adèle, des petites surprises qu'en nous promenant le soir Paulette & moi, nous attendions vaguement... et puis je m'ennuie des belles & grandes surprises du bureau de poste. Le courrier fonctionne ici avec une lenteur incroyable et les changements d'adresse prennent parfois tant de temps à être compris!

C'est déraisonnable, je sais, de ne pas être satisfaite davantage mais vraiment je n'avais pas le goût de venir ici: papa semblait le désirer si fort que je n'ai pas osé lui retirer ma parole.

J'espérais vaguement que M. et moi nous aurions pu nous donner rendez-vous. Il me semblait que la Malbaie, c'était la fin du monde et que Mont-Joli est encore aussi loin d'ici que la Malbaie l'est de Ste Adèle: le fleuve même est entre nous et contre nous puisque les traversées ne se font qu'à Québec.



Entrées dans son agenda:

Jul 17 Mar. Party Mad. Berlinguette refusée
Jul 18 Mer. Soirée chez Paul Gouin; Georges Garneau
Jul 19 Jeu. Promenade avec G. Holt
Jul 20 Ven. Soirée avec Marc & les Leman; pique-nique à St Siméon avec les Holt & leurs amis
Jul 21 Sam. Tea Cup Inn avec Mme Holt; diner & danse au Manoir; Frank Shackell
Jul 22 Dim. Thé Miss Hampton avec G. Holt


Entrées dans son journal:

Le 22 juillet

Rien n'est arrivé de ce que j'avais pensé -

Maurice que j'avais averti longtemps à l'avance ne souffle mot. Marc sur lequel j'avais fondé beaucoup d'espoir m'a qu'une pensée: Line, qu'une occupation: Line En dehors d'elle, il n'est que distraction, nervosité, insouciance. On lui trouve des compagnes pour ses promenades en auto, on forme ses équipes de tennis, on organise ses diners du samedi soir -

Le charmant accueil des Leman m'avait fait croire qu'une délicieuse amitié allait s'établir entre nous. Leur intimité est-elle strictement réservée et les mots que Madeleine a laissés tomber de sa plume détermineraient-ils leur conduite à toutes deux? Il me semble qu'en dépit d'une «suite» inlassable, d'une espèce de routine mondaine dont je ne saisis pas le fil, elles trouveraient la solitude et le temps nécessaire aux causeries qui la facilitent, si vraiment... qu'irais-je donc faire au Château Murray? En quoi mon séjour sera-t-il plus agréable là-bas qu'ici?

Les jours ont passé pourtant . Je ferme les yeux et je ne vois rien qui ressorte particulièrement. Des étrangers, des étrangers partout... des figures anglaises qui vous regardent avec un air figé souverainement glacial.

Soudain, tout s'est animé. À la pension, une dame canadienne-française s'était présentée - femme raffinée, cultivée, possédant à la perfection l'anglais et le français; à tous, elle a dit: «How do you do? How do you like it here? - Meet Miss Beaulieu!» et comme par miracle, des sourires se sont dessinés, des paroles aimables, presque affectueuses m'ont été adressées.

Par elle, j'ai connu Mrs Holt et son fils Georges, un grand garçon de 22 ans très brillant dit-on, en ce moment à peine guéri d'une paralysie faciale suite d'études trop forcées. Le devinant triste et timide, j'ai été gentille pour lui, et sa mère trop heureuse qu'une certaine distraction s'offrit à son fils m'invite à prendre part à toutes leurs promenades.

Avec eux, je suis allée à St-Siméon prendre le thé sur la grève; j'ai fait la jolie promenade du Boulevard; j'ai visité le Tea Cup Inn - je me suis baignée au Manoir -

Les charmantes gens que ces anglais! Je ne les aurais jamais crus aussi accueillants, aussi «warm-hearted», aussi gais, aussi spirituels. Miss Hampson, une ancienne religieuse anglicane; les deux vieilles demoiselles Cundill (pas du tout «chapeaux verts») Monsieur & Madame Cundill & leur famille, Lady Grey & ses filles. Je ne puis assez dire comme leurs attentions me sont bonnes, infiniment.

Aujourd'hui, j'ai pris le thé chez Miss Hampson, vieille demoiselle aux cheveux blancs, à l'air très digne, doux & bon, au coeur d'or sans doute si l'on en juge par les nièces & neveux qu'elle a élevés ou protégés & par la délicieuse impression que l'on rapporte de son «home» où tout est si bien harmonisé & reposant.

Trois évènements - Le 24 juillet

Je reçois au lieu de la messive tant désirée une lettre de Joe Malone: «Dear -

I received a letter from Jean in which he mentions that you were off for a two or three weeks vacation with a girl friend. Well, Jeanne B. what would you say if I were to drive down to Murray Bay for a few days!? In other words, may I come to see you at La Malbaie!?! If you receive this (the address seems indefinite) wire me before Friday or after Sunday at N.Y. Cottage, Cliff Haven N.Y. Enjoy your vacation -

Je réponds aussitôt car si j'attends je n'aurai peut-être pas le courage de refuser sa visite tant je m'ennuie: personne n'a le droit de jouer avec les coeurs! «Letters surely have a hard time to find their way to La Malbaie as it seems - I just received yours. It would have been a nice surprise to have met you down here - but why come to see me? Why live again sad hours?

Very friendly -

Chez les Gouin, j'ai fait la connaissance de deux personnes très intéressantes: une jeune femme très blonde, très jolie, très élégante, un jeune homme très brun, Monsieur & Madame G. G. Ce soir-là, nous avons joué aux charades et nous nous sommes vraiment amusés. Puis le beau monsieur aux dents blanches s'est offert à venir me reconduire: «La maison est en face, ne vous donnez pas cette peine, je vous prie!» Mais il insiste & nous partons ensemble. À la porte, il me baise la main - !!! Deux jours après, je dois me dégager... et maintenant je suis sûre qu'à la prochaine occasion, il m'embrassera.

Je ne les verrai plus - mais comme c'est difficile de garder un homme! Pourquoi ne lui apprend-on pas que l'amour est parfois une chose de volonté?

En me balladant avec les Holt à travers le village, j'ai tout-à-coup aperçu Franck Shackeel & Tancrède Bienvenu. Ils viennent me saluer: Franck m'invite même à dîner & danser au Manoir. J'accepte naturellement - J'aurais été humiliée de n'avoir rien eu à faire un samedi soir et d'avoir dû recourir aux Leman ou à Marc.

Je pourrai porter ma jolie petite robe rose - maman & toute la colonie canadienne de la Malbaie saurent que... quelle stupidité! Oui, quelle stupidité d'avoir à sa table: Tancrède B. & Franck toujours entre scotch & whisky ou à l'affût des «partys» dégoûtants; Simone & Madeleine Surveyer, René Leduc, des enfants charmants tout de même; il reste Madeleine Leduc & Marc: ce dernier est à l'autre bout de la table: il cache son désappointement (Line de nouveau est engagée) sous une faconde inlassable - Le Marc que j'aime n'est pas là et j'ai bientôt le goût de m'en aller...

En sortant de table, j'aperçois John Graham; je voudrais être heureuse de cette rencontre & je n'éprouve que de la surprise et une profonde indifférence. (Comme un coeur de femme peut être petit!) -

J'aperçois en outre Arthur Cyr, Godefroy Laviolette, Georges Garneau: leurs propos flatteurs, toujours les mêmes pour chacune me dégoûtent.

D'ici lundi aucun courrier et mon âme est avide de tendresse.

Le 23 juillet -

Je ne voulais plus penser à cette lettre qui ne venait pas et pourtant quand monsieur... vint m'offrir de descendre au village je n'ai pu refuser malgré ma promesse. La précieuse enveloppe en main, je me sentais des ailes pour revenir à l'auto:«Des nouvelles très chères?!» Je répondis affirmativement sachant que cela le calmerait.

Nous sommes allés au quai faire un message. Au retour, à chaque petite route solitaire & boisée mon coeur se serrait de peur: «Pourtant, je sais que vous êtes «sport»!» - Je bondis - «Comment pouvez-vous parler de la sorte?» - «Je veux dire que»... il regarde ma lettre que je tiens toujours serrée entre mes doigts... «puis je comprends...»

J'ai tout de même hâte d'arriver chez nous. Ce cher monsieur est sujet à des revirements trop subits pour que je me sente tout-à-fait rassurée. Du reste, il s'empare maintenant de ma main et la presse d'une façon plutôt inquiétante... S'il savait comme il se trompte - comme ces façons me déplaisent! Vous n'avez pas la bonne clef, cher Monsieur. Adieu!



Entrée dans son agenda:

Jul 24 Mar. Mrs Holt & Hampson; bridge chez Lady Grey



Entrées dans son journal:

Le 24 juillet

Pic-nic avec mes amis les Holt à Cache-toi-bien, petit hameau dans les terres situé à 15 milles de La Malbaie auprès d'une petite rivière. Longtemps nous avons suivi une petite route où le fouin et les marguerites poussaient en toute liberté. Nous nous sommes assis sur le sable - nous avons fait du feu pour chasser les moustiques - tout me semblait charmant, parce que ma pensée, elle, s'était transportée à la rivière aux Mulets...

Le 25 juillet

Grand émoi dans la place - Je suis malade!! Madame Pacaud m'a fait prendre un mélange de citron, de gin et d'eau qui m'a jetée dans un état de demi-somnolescence absolument nouveau. J'avais conscience de tout ce qui se passait autour de moi, mais je me sentais trop bien pour ouvrir les yeux. Si avait été là, il aurait ri, j'en étais sûre, & cette pensée me faisait rire malgré moi. Toc! toc! «Un Monsieur pour moi?» L'on m'apporte la carte de Joe Malone!

Ah! pour le coup, le fou rire me prend. Je me lève, je me secoue, je m'habille & je vais recevoir les amitiés de Madame & les hommages de Monsieur - j'accepte d'aller dîner avec eux. C'est mercredi soir: il y a danse au Manoir. J'ai une demi-heure pour m'habiller: je revêts ma robe de velours noir. À mon profond ahurissement Madame garde son chapeau et sa toilette d'après-midi. Son fils hésite: elle tranche la question: «Un garçon est toujours présentable», dit-elle. Tout de même...

Moi, je ne fais pas la moindre remarque. Je les regarde & les écoute - elle surtout, car lui est complètement écrasé par sa mère - et il me semble les voir et les entendre pour la première fois, tant ils sont différents de tout ce qui est moi - Devine-t-elle ce qui se passe en mon for intérieur? Je n'en serais pas étonnée, car soudainement elle se fait plus franche, plus brutale, plus américaine - et moi je deviens plus subtile «I love to eat when I am not hungry - I taste every thing so much better.»

Elle laisse échapper un «Oh! those people!» des plus significatifs - - et plus tard elle ajoute: «These are not american things & ways, and I can't help it but...!»

C'est une allemande grande & forte qui ne comprends pas qu'un homme pèse moins de 200 lbs. Elle a dû être jolie - elle l'est encore, du reste: sa chevelure blanche fait ressortir l'éclat de ses yeux noirs, de son teint frais, de ses belles dents régulières, et lui prête un charme incontestable - Mais quelle assurance, quelle voix décisive, quel besoin de dominer son entourage, d'annihiler les personnalités... Je pleins ceux qui vivent et ont vécu sous la loi - C'est une femme terrible!

Nous avons dansé - Joe & moi. Nous avions du plaisir à nous retrouver, à nous taquiner: «Vous êtes délicieuse!» Cela me prit cinq minutes avant de saisir son accent: «You don't reckonnize your French, Lady Jane!»

Il était temps de m'en retourner et comme il me pressait de questions, je le priai de remettre au lendemain les choses sérieuses...

J'étais littéralement éreintée.

Le 26 juillet

Matinée entière au lit dans l'espoir d'amasser suffisamment de force pour la journée.

À trois heures, Joe vient me chercher pour une partie de tennis; nos partenaires faisant défaut, nous jouons tous les deux seulement; nous jouons, c'est le cas de le dire, comme des enfants en vacances, puis nous prenons le thé et je retourne chez nous endosser ma livrée du soir - robe de brocart jaune, châle espagnol blanc.

Je devrais être nerveuse, avoir l'air inquiet ou du moins réfléchi en songeant à ce qui va suivre, et vraiment, je m'amuse comme une débutante. Je me suis surprise tout-à-coup possédant enfin le secret de porter un châle avec avantage, et intérieurement, je suis très flattée du résultat. Au dîner, l'autoritaire Madame Malone me cause de nouvelles surprises et excite ma curiosité au plus haut point.

Le repas terminé, Joe & moi, nous arpentons la galerie en dépit de Madame qui craint pour son fils les refroidissements & les tentatives contre l'embonpoint... Puis comme enfin, il faut aborder le grave sujet du jour, je propose de quitter le trop brillant Manoir pour le petit salon paisible de Madame Bherer.

L'heure est solemnelle - Deux vies sont en jeu. La sienne m'est confiée une fois de plus. Il apprendra le français; il viendra s'établir à Montréal; papa ne lui refusera certes pas ses conseils & son appui; il luttera & réussira, il en est sûr, bien que ses parents jusqu'ici lui aient enlevé toute initiative en aplanissant devant lui toutes les difficultés; les intellectuels ne s'ennuient nulle part: ne le sommes-nous pas tous deux?

Je l'écoutai jusqu'au bout, parce que je sentais que c'était sa plaidoyerie, et que si je l'interrompais il attribuerait sa défaite à un manque d'éloquence ou de dialectique. Mais au fond de moi-même rien ne subsistait de mon hésitation d'autrefois. J'avais éprouvé du plaisir à le revoir, j'en éprouvais certes à me retrouver en sa compagnie - c'était le plaisir inévitablement ressenti en présence d'une sympathie réelle...

Ses bras enlaçaient ma taille - sa tête se penchait sur mon épaule; je me tenais le corps roidi & la tête détournée guettant le moment de me dégager. La plus petite faiblesse n'a pas même effleuré ma pensée. Lentement j'ai dit:
«It is no use! I can't do it!»
- Why?
- Every sacrifice is on your side - it is unfair, I feel it. I would do the same for someone I really love but I can't do it for you.
- You once loved me, Jeanne!?
- I thought it was love, I learned it was not!
- But what if I didn't mind, if I didn't want you to sacrifice anything you like?
- Even then, I would not marry you, for my ideal love is sacrifice. I mean there is no sacrifice when you love - here everything looks to me as a sacrifice...
- And you don't think it is worth doing it?
- Well - I kind of mean, that since I couldn't do it!
- What if I would tell you I can't go on living without you, I can't love any one else?
- I would be sorry, deeply sorry - but pity is not a feeling to base a life on! ... We didn't have the same education, we have not the same turn of mind. For a while, everything might go right, but surprises of contrasts can't always be agreeable - and life is made up of too many details pour en confier le soin à un esprit qui nous est foncièrement opposé. Les tendances premières, les goûts nâtifs se font jour tôt ou tard - voilà qui explique comment des êtres ayant vécu côte-à-côte pendant des années, se regardent soudain comme des étrangers.
- Do you speak that way because life deceived you?
- If life had wholly deceived me, I would accept anything, I suppose, and perhaps it would be much better but I still hope...
- You still hope to find a man to be proud of?
- Yes to find a man I love to be proud of!

C'était clair, il me semble et cependant après tout cela, j'ai tout-à-coup senti à mon doigt une bague - sa bague de Fraternité.

- Lets pretend we are engaged for a little while - lets try it.

J'ai dit non et non, et encore non! mais il n'a jamais voulu la reprendre -

Brusquement il s'est levé et a prononcé:
- Lets be friend, just good friends - keep the ring as a souvenir.»

Le 27 juillet

Nouvelle partie de tennis avec Georges Holt, les deux petites demoiselles... Eileen - nouvelle partie de plaisir - Thé au Tea Cup Inn.

Chacun chez soi pour la dernière fois, car ne tenant pas à recommencer la scène d'hier, j'ai accepter un engagement pour le soir.

Ne voyant pas sa bague à mon doigt, il s'est exclamé. Je lui ai répété que vraiment, «it was of no use at all!» mais il n'a pas voulu la reprendre:
- Keep it as a souvenir... If I go to Montreal, may I see you?
- As a friend, just a friend!

Vraiment, je ne comprends pas! Je ne puis m'expliquer comment après tous ces refus, il garde encore de l'espoir.

Sa proposition d'amitié n'est qu'un détour dont je ne puis être dupe. Du reste, lorsqu'il disait: «I'll go in Montreal to work and I shall succeed!», j'avais l'impression que dans son travail & son succès la conquête de mon amour était comprise au premier plan...

Il me semble qu'il m'accepterait à n'importe quel prix, à n'importe quelle condition: tiendrait-il donc ses engagements? Mais alors, ignore-t-il à quel enfer il se vouerait? Il me paraît pas y songer: il est sûr de lui, et m'ayant à lui, la pensée ne l'effleure même pas que je pourrais être malheureuse en dépit de ses bontés... Naïveté, audace? Je ne sais -

Être bonne & douce - posséder un intérieur reposant & gai, un foyer - Avoir un salon brillant où les paroles élégantes n'exprimeraient que le beau & le bien. Être la reine d'un petit cénacle de propagande religieuse - Être la consolatrice des malades, le soutien des pauvres... comme tout cela est chimérique quand le coeur n'est pas d'abord stabilisé par un grand amour; quand on est jeune, quand la vie est devant soi & qu'on s'appelle - J - .

Tels étaient mes pensées en sortant du couvent - mes aspirations. Comme j'étais ignorante! Comme j'aurais été malheureuse! Et pourtant que de pleurs versés à chaque rêve détruit, à chaque contact avec la réalité!!!

Je devais passer la soirée avec Marc & les Leman - mais n'ayant pas d'auto pour revenir de Pointe-au-Pic, Marc ayant eu un accident, je suis allée chez Mrs d'Arcy sur l'invitation de Madame Pacaud. Environ une trentaine de personnes assistèrent à cette soirée musicales. «les chants anglais m'ont semblé des hymnes funéraires». J'ai davantage apprécié les gens - de charmantes gens en vérité - des anglais naturellement mais raffinés - des peintres, des pianistes, des chanteurs - des amateurs comme moi - J'ai fait la connaissance d'un jeune américain avec lequel sûrement j'aurais «flirté» si mon séjour ne se terminait demain -

Le 27 juillet

Vraiment, je ne passerais pas ici une semaine de plus - et mon départ en ce jour comptera au nombre des choses agréables que j'aurai vécues à La Malbaie - Ironie? -




Entrée dans son album:

Lettre:
Mes tas de chers frères,

Nous célébrons aujourd’hui la triple fête de Ste Lucille de l’Énergie, de St Maurice Port Joli, et de St Jean le Plongeur, tous vierges et martyrs.

Ste Lucille, mes frères – j’aurais beaucoup à vous dire, mais la vie mouvementée de ses premières années me force à passer sous silence bien des incidents qui seraient pour vous une éducation. Elle n’a que vingt ans! Voulez-vous connaître sa vie? Faites une neuvaine - : elle se dévoilera à vous!

Son compagnon Maurice – je me demande comment vivant à ses côtés il a pu arriver à la gloire! Cependant un examen général me permettra de saisir son secret. Tournons tous nos regards vers lui et regardons-le. La tête… les pieds mignons – les bras tentateurs – ce sourire innocent – Il rougit! Assez! Les grandes âmes préfèrent le silence sur leurs hauts faits, préfèrent demeurer et grandir dans l’ombre.

St Jean le Plongeur-! Pour en parler, il faudrait descendre dans les profondeurs où il se complaît, mais je serai muet comme les carpes qu’il fréquente, et je ne vous dirai rien de lui. C’est un sujet trop creux!

Cependant des trois vous connaitrez les exploîts dans une chanson. Puisse-t-elle vous faire garder de la fête de ce jour le plus doux, le plus exquis et le plus attendrissant souvenir.

À Lucile – Maurice – et – Jean

Nous fêtons à Ste-Adèle
Youp la, la, - la ri – ra
L’anniversaire d’une demoiselle
Youp la, la, - la ri – ra
Elle est bonne et bien jolie
Et maligne sans contredit
Faites attention, n’y touchez pas
Sa maman ne veut pas.

Aujourd’hui elle a vingt ans.
Que fera-t-elle maintenant?
Elle est toujours en neuvaine
Comment peut-elle être vilaine
Si elle reçoit les sacrements
Les matins, si dévotement.

Nous lui faisons tous nos voeux
En spécifiant surtout ces deux :
Qu’elle soit toujours réservée,
En grand comme en p’tit comité
Et qu’elle ne cesse de prier
Pour les émancipés.

Pris d’elle est un gars charmant
Coquet, rondet, plein d’agréments.
Il s’appelle le beau Maurice.
Regardez-le dans les deux yeux,
Et vous éprouverez bien vite
Le plus grand des délices.

Tu vieillis, mon cher Maurice,
Avec ton bagage de vices.
Malgré ça, tu deviens
De filles et garçons le béguin

. Gare à toi, vieux scélérat!
Tu payeras cher tout ça.

Notre souhait le plus cher
Est que tu n’aies pas de misère
À te trouver une nymphe
Qui comprenne ton labyrinthe.
Il faudra qu’elle ait les yeux bleus
Comme ceux de Jeanne Beaulieu!

N’oublions pas not’ petit Jean
Il fête aussi ses dix-sept ans :
Il est devenu grand garçon
Cinq peids – sept pouces, sans talons
Henri et Louis n’avancez pas
Car il y aurait du bardas.

Le soir, quant tout le monde est couché
Il ne craint pas de nous éveiller
George et Jacques en arrachent
Si couchés dans qu’il le sache :
Alors commence une dispute
Qui finit par une luttte.

Ah! Comment lui en vouloir?
Pour sa grande gaieté du soir.
Ce serait mal à propos
De le blâmer, le petit bourreau
Puisqu’il nous fait honneur sans doute
En remportant toutes les coupes!

Avant de finir ma chanson
Saluons tous à l’unisson
Nos grands héros de la fête
Avant que nous ne perdions la tête :
Car si le punch est gardé chaud
Nous ferons tous bientôt dodo!
Le 24 août 1928




Entrées dans son agenda:

Aug 29 Mer. Visite de Marg. G. chez nous à Ste Adèle
Aug 30 Jeu Jos & Larry Malone à Ste Adèle; souper au Club Ste Marguerite
Aug 31 Ven. Maurice & Marc Jarry pr la journée
Sept 1 Sam. Paul Gonthier pr fin de semaine; danse
Sept 2 Dim. Thé chez Doherty
Sept 3 Lun. Retour de Maurice en auto avec Pierre



Entrée dans son album:

Faire-part :
Monsieur et madame Léon Beauchamp
ont l’honneur de vous fire part
du mariage de leur fille
Marguerite
avec
Monsieur Paul Mathieu
fils
de Monsieur et Madame Oscar Mathieu

La bénédiction nuptiale leur sera donnée
en l’église Saint-Viateur d’Outremont
le mercredi, douze septembre nil neuf cent vingt huit
à neuf heures du matin
87, avenue McCulloch

Un jour de grande pluie… où le ciel semblait être à l’unisson avec nos âmes…

Vrai, là, je n’ai jamais été aussi profondément émue qu’à ce mariage… Madame Beauchamp malade dans sa chaise longue,… Marguerite pouvant à peine parler et belle dans sa pâleur et sa robe blanche, avec ses grands yeux noirs et tristes…



Entrées dans son agenda:

Sept 24 Lun. Retour de Ste Adèle
Sept 30 Dim. Maurice
Oct 1 Lun. Maurice
Oct 2 Mar. Départ pr New York en auto avec maman, Gilberte & Germain Mc Avoy
Oct 3 Mer. Arrivée à Beacon
Oct 4 Jeu. Gilberte, Germain & moi partons pr N.Y. Hôtel Latham; Roxie
Oct 5 Ven. Loew's
Oct 6 Sam. Diner avec M. & Mme Renaud; retour à Beacon
Oct 10 Mer. Départ pr N. Y. avec maman & Gilberte; Hôtel Martha Washington
Oct 11 Jeu. Loew's; Mother Machree
Oct 12 Ven. Diner Louis Loranger; Théâtre Joe Malone
Oct 13 Sam. Diner avec Maurice Meunier; retour à Beacon
Oct 14 Dim. Thé avec Dr Turega, Gilberte & Dr Chan
Oct 15 Lun. Visite de West Point avec Dr Turiga & Gilberte



Entrées dans son album:

Carte de fête:
Someone cares
May this Birthday of yours be the brighter for knowing
That someone who cares will be keeping it too.
Wishing you hours with happiness glowing
And years that increase in enjoyment for You.
Joe


Carte de visite:
Que ta vingt cinq. année t’apporte joie & bonheur
ta maman
Madame L.E. Beaulieu


Carte de visite:
Sincères voeux de bonheur. Je vous souhaite de plus cette année [illisible]
Bien à vous Henri
Henri Masson Loranger




Entrées dans son agenda:

Oct 17 Mer. Tour auto avec Dr Turiga & [?]; diner à Poukepsie [?]
Oct 18 Jeu. Départ pour Montréal; coucher au Lac George
Oct 19 Ven. Arrivée à Montréal
Oct 20 Sam. Maurice
Oct 21 Dim. Faust avec maman; Paul Gonthier
Oct 24 Mer. Primerose avec Maurice, M. & Mme Beaudry - petit réveillon en famille
Oct 27 Sam. Conférence F. Rinfret avec Yvette & Dantès Belleau
Oct 28 Dim. Maurice; Paulette
Oct 29 Lun. Concert Germain
Oct 30 Mar. Cercle litt. Louise St Jacques
Oct 31 Mer. Banquet suffrage des femmes - G. Rivest; réception Casgrain avec Cyr
Nov 1 Jeu. Déjeuner pr Paul Claudel refusé Alliance fr...
Nov 2 Ven. Maître des Forges: Germain
Nov 3 Sam. Diner pour Paul Claudel avec Marc Jarry & Paul Larocque au Cercle Universitaire
Nov 4 Dim. Thé Gab. Dufort avec Maurice
Nov 6 Mar. Diner pr Renée Claudel chez Mad. Leman
Nov 8 Jeu. Diner des auteurs canadiens avec Jean Bruchési
Nov 10 Sam. Ouverture du Cercle uni refusée; Orpheum avec Maurice
Nov 11 Dim. Thé L. St Jacques
Nov 13 Cercle litt. chez O. Perrault
Nov 14 Mer. Soirée intime chez G. Bruchési
Nov 16 Ven. Dantès Belleau remis
Nov 17 Sam. Thé dansant: Marg. Ayleen
Nov 18 Dim. Soirée musicale ici



Entrée dans son album:

Carte:
Le 18 novembre 1928
Germain Jeanne Dantès Yvette
Jean Bruchési BertheOlivierGermaine Bruchési
Jean Nolin Aimée CussonR. GuenetteGermaine Morin
Dr H. LacharitéG. Labelle R. Brossard
Dr B. LaurendeauA. Doré G. Rivet A. Lemieux




Entrées dans son agenda:

Nov 19 Lun. Cyrano - Maurice
Nov 20 Mar. Soirée opérette canadienne avec Marg. Ayleen
Nov 22 Jeu. L'homme qui rit: Maurice
Nov 24 Sam. Thé dansant au Windsor par O. Perrault
Nov 25 Dim. Dr Lacharité
Nov 26 Lun. Cercle; cours de Jean Bruchési; café chez Kerhulu [?]
Dec 1 Sam. Bal de Cintadel avec Maurice; Conrad A. refusé



Entrée dans son album:

Livret de danse :
Samedi, le 1er décembre 1928 Extra Fox Trot Maurice Beaudry 1. Fox Trot M. 2. Fox Trot Ernest Mongevin [?] 3. Fox Trot Henri 4. Fox Trot Maurice Trudeau 5. Valse Maurice 6. Fox Trot Bob 7. Fox Trot M. SOUPER Extra- Fox Trot M. 8. Fox Trot M. 9. Fox Trot Jean Chaput 12. Fox-Trot M. 13. Valse Paul Brodeur 14. Fox Trot M. Jules B. [?]




Entrées dans son agenda:

Dec 3 Lun. Thé chez Mme G. Garneau pr Marg. Ayleen refusé
Dec 4 Mar. Cercle; Concert Dantès Belleau



Entrée dans son album:

Programme :
Récital
Donné par
Annette La Salle
Violiniste (Professeur au conservatoire national)
En la salle Ritz-Carlton
Le 4 décembre 1928 à 8.30 p.m.
Au piano : Léo-Pol Morin

Concert sans intérêt d’une violoniste sans vie; mon indignation emballe mon compagnon Dantès Belleau qui se trompe sur ma nature et le fait tourner à la sentimentalité. Résultat – Le peu de profit que je puis en tirer ne vaut pas la peine que nos relations se prolongent… J’ai cru que mon aide comme mondaine pouvait être secourable au professeur débutant… il n’a pas compris… alors zut!

Entrées dans son agenda:

Dec 5 Mer. Diner avec Joe Malone
Dec 6 Jeu. All. fr. avec Yvette
Dec 8 Sam. Thé au Ritz avec Clarence Kennedy
Dec 9 Dim. Thé au Ritz: Joe Malone
Dec 10 Lun. Mme Champagne refusée
Dec 11 Mar. Marcelle Paradis; cercle refusé
Dec 12 Mer. Shower chez Y. Dansereau pr Renée Duchastel refusé
Dec 15 Sam. Bridge G. Morin refusé; Bal Assistance Maternelle refusé; Mariage de Cath. Waldron; A. Cyr
Dec 16 Courses
Dec 17 Courses
Dec 18 Courses
Dec 21 Ven. Germain
Dec 22 Sam. Thé au Windsor par Paule Brais
Dec 23 Dim. Thé Jeanne A. Leduc; départ de Marcelle; diner avec Maurice



Entrées dans son album:

Carte de visite :
« C’est le même coeur, Jeanne, avec la même sincérité qui t’apporte encore les mêmes souhaits de bonheur! » Yvette
Mademoiselle Paradis


Carte:
MERRY CHRISTMAS
Bonne & heureuse année, j’espère que tous vos rêves se réaliseront sous peu.

Affection

Paulette



Entrées dans son agenda:

Dec 25 Mar. Maurice
Dec 26 Bridge: Paul G., Aimée, Cyr
Dec 27 Jeu. Germain



Marc Jarry
Dantès Belleau Pierre Beaudry - Gaston Rivest
Georges Holt - Dr Hervé Lacharité








Jacques Beaulieu
jacqbeau@canardscanins.ca
Révisé le 3 avril 2018
Ce site a été visité 11660575 fois
depuis le 9 mai 2004